" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Sangonera (Murcie, Espagne) : nouvelle mutinerie et neuf évasions du centre de rétention
Article mis en ligne le 1er décembre 2016
Imprimer

Espagne : des migrants s’évadent d’un centre de rétention, 9 policiers blessés

AFP, 15/11/2016

La police recherchait mardi neuf Algériens évadés d’un centre de rétention dans le sud-est de l’Espagne après une mutinerie où neuf policiers ont été légèrement blessés, a annoncé la préfecture de la région de Murcie.

Il s’agit du sixième incident de ce type dans un centre de rétention depuis août, alors que la contestation semble monter parmi les étrangers sur leurs conditions de rétention, dénoncées aussi par les ONG de défense des droits de l’Homme.

Lundi soir vers 21h00 (20h00 GMT) des migrants du CIE de Murcie ont "mis le feu à des papiers, des vêtements, pour attirer l’attention" et agressé des policiers, a affirmé à l’AFP une porte-parole de la préfecture.
Neuf ont réussi à quitter le centre et neuf policiers ont été légèrement blessés, a-t-on appris auprès de la police.

Le centre, qui compte selon la préfecture 98 pensionnaires pour une capacité de 180 places, avait déjà connu en octobre deux évasions, de 67 et cinq migrants respectivement. Le SUP, principal syndicat de police en Espagne, a demandé sa fermeture.
"Il ne peut pas rester ouvert une minute de plus", a dénoncé son porte-parole à Murcie, Javier Monje, soulignant qu’il manquait cruellement de moyens, en lien avec la rigueur budgétaire imposée à la police depuis la crise économique.
Selon lui, le centre ne dispose pas de barrières anti-évasion, ni de portes automatiques et les policiers sont sous-équipés.

Les centres de rétention (CIE) de Madrid et Barcelone ont également connu ces dernières semaines des révoltes de migrants et des débuts de grèves de la faim.
Début novembre, une quarantaine d’Algériens ont tenté de s’évader à Barcelone, sans succès, entraînant la mutinerie de quelque 70 personnes. Mi-octobre, 40 migrants s’étaient révoltés au CIE de Madrid, cassant des meubles et passant la nuit à protester sur le toit.

Des associations de défense des droits de l’Homme et des politiques ont dénoncé de mauvais traitements et des violations des droits humains dans ces centres où ont été parfois retenus des mineurs et des malades. Beaucoup ont réclamé leur fermeture pure et simple.
En 2015, 6.930 personnes sont passées par les sept CIE répartis sur le territoire espagnol.