" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Zürich (Suisse) : Blocage d’autoroute en solidarité
Article mis en ligne le 2 décembre 2016
Imprimer

Solidarité signifie attaque

Le 1er décembre, pendant le lever du soleil, nous avons bloqué avec des chaînes les sorties d’autoroute en direction de Zurich. Le trafic matinal est le début d’une nouvelle journée de travail, le carburant pour l’économie dans une des villes les plus riches de Suisse. Les axes de circulation sont toujours des lignes de vie du capitalisme à paralyser et ça signifie créer des espaces et provoquer des moments d’interruption.

Que ce soit à quelques personnes le matin, seul-e dans la nuit, à plusieurs lors d’une manifestation : l’attaque contre cette société ne connait qu’une seule direction. Ce blocage est donc réalisé en solidarité avec les compagnon-nes sous enquête pour une manifestation sauvage à Bâle, ainsi que pour une autre personne toujours en détention. Solidarité avec le compagnon en cavale depuis juillet et toujours recherché par la police pour attaque incendiaire d’une antenne-radio des flics.

Pour l’anarchie !

[Traduit de l’allemand par Lechatnoiremeutier de linksunten, 2 décembre 2016]