" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Saint-Martial-le-Vieux (Creuse) : attaque incendiaire contre l’usine d’engraissement dite « ferme des mille veaux »
Article mis en ligne le 22 décembre 2016
Imprimer

La « ferme des 1 000 veaux » incendiée

France Agricole, 23/12/16 10h (extrait)

L’atelier d’engraissement de Saint-Martial-le-Vieux (Creuse), baptisée « ferme des 1 000 veaux » par ses détracteurs, a été la cible d’un incendie volontaire ce 22 décembre 2016.

« Non aux camps de concentration !  » [sic] C’est le message que les incendiaires d’un bâtiment agricole à Saint-Martial-le-Vieux, dans le Creuse, le 22 décembre 2016, ont peint sur le sol de l’exploitation. Sur un mur étaient aussi inscrits des tags injurieux à l’encontre de l’entreprise Jean Rozé et de Ségolène Royal. « Il s’agit de toute évidence d’un incendie volontaire », estime Olivier Maurel, secrétaire général de la préfecture du département. Selon l’AFP, l’incendie a été signalé vers 5h00 du matin. Quelque 1 500 m² abritant notamment des tracteurs, des télescopiques sont partis en fumée. Le stockage des céréales a pu être sauvé. La stabulation des animaux n’est pas touchée.

La ferme visée est le projet collectif de la société Alliance Millevaches. Cette dernière regroupe une quarantaine d’éleveurs au sein d’un atelier capable d’accueillir 800 broutards. Un chiffre qui fait bondir certains protecteurs des animaux, qui voient en ces bâtiments de véritables « usines ». Si la SVA Jean Rozé en a pris pour son grade, c’est parce qu’en juillet 2015, la filiale signait un contrat par lequel elle est devenue le client unique d’Alliance Millevaches.

Pourquoi secouer aussi la ministre de l’Environnement ? La semaine dernière, Ségolène Royal a subi nombre de critiques en raison du décret paru au début de décembre, qui relève les seuils d’autorisation des installations classées pour la protection de l’environnement. « Cela veut dire que “l’usine des 1 000 veaux” va pouvoir tourner à 800 bêtes sans enquête publique, ni étude d’impact, en déposant simplement un dossier d’enregistrement en préfecture », s’indignait l’association Lumière sur les pratiques d’élevage et d’abattage (L-PEA), le 15 décembre dernier.

[Le centre, d’une capacité de 1.000 places, est soutenu et subventionné par l’Etat (au titre notamment de la reconversion d’un ancien site militaire) et des collectivités locales. Il doit accueillir des "broutards", veaux de 8-9 mois, engraissés sur place plusieurs mois avant d’être envoyés à l’abattoir. Les premiers veaux sont arrivés cet été.]

Des « débordements intolérables »

Stéphane Le Foll a immédiatement condamné cet acte dans un communiqué. Il juge les tags inscrits sur les murs « inadmissibles et diffamatoires ». Le ministre tient à rappeler « qu’il n’a eu de cesse, depuis 2012, de travailler avec chacune et chacun, tant éleveurs que défenseurs de la cause animale, et qu’il recherchera toujours une approche équilibrée des problématiques agricoles ».

La FNSEA et la Fédération nationale bovine (FNB) ont également réagi, et demandent à être reçues par Bernard Cazeneuve. Interrogé par l’AFP, Xavier Beulin a pointé du doigt, sans citer de noms, « ces associations qui militent pour le bien-être animal », et ne mâche pas ses mots en qualifiant leur acte d’une « forme d’attentat ». « Ce sont des activistes qui sont devenus des terroristes », a déclaré Gilbert Mazaud, le vice-président de la SAS Alliance-Millevaches, interviewé par France 3 Limousin. La FNB renchérit : « Aucune opinion, aucune idéologie ne peut justifier une telle violence, si ignoble. »

La Coordination rurale assure, quant à elle, de son soutien les éleveurs impactés par cet incendie. Elle « espère que ce nouvel incident fera prendre conscience aux pouvoirs publics de la violence des attaques répétées auxquelles les éleveurs ont à faire face depuis plusieurs mois déjà. Il serait bon de ne pas attendre la répétition de tels actes ou la survenance d’un drame pour que le gouvernement réagisse de manière très ferme ».

L’interprofession du bétail et de la viande, Interbev, assure dans un communiqué de presse qu’elle se « rapprochera des autorités judiciaires pour se constituer partie civile ». Son président, Dominique Langlois, publiait pas plus tard que le 16 décembre dernier une tribune dans laquelle il dénonçait les procès à charge dont l’élevage est régulièrement victime.

« Nous ne pouvons pas tolérer plus longtemps la multiplication des actes de malveillance menés à l’encontre des professionnels de la filière », écrit-il dans son dernier communiqué. « Une telle situation est inacceptable. C’est pourquoi nous demandons aux pouvoirs publics de punir sévèrement ces agissements et mettre tout en œuvre pour que ces derniers ne se reproduisent plus. »


Et l’inévitable condamnation des animalistes de service...

Ferme des Mille Veaux
Aurore Lenoir, présidente de L-PEA : "Nous condamnons ce type de méthodes"

Le Populaire du Centre, 22/12/2016 à 14h47

« L-PEA [Lumière sur les Pratiques d’Elevage et d’Abattage] condamne ces méthodes. Nous nous opposons à l’usine des 1,000 veaux depuis deux ans maintenant et nous continuerons de le faire, mais uniquement de manière légale.
Cependant, je tiens à rappeler que notre avocat, Me Ménard, avait évoqué lors de l’audience au tribunal administratif en juillet dernier les risques de troubles à l’ordre public si le projet fonctionnait à la limite de la légalité. Or, actuellement, le gouvernement contourne les décisions de justices obtenues avec la promulgation d’un décret qui légalise l’élevage intensif des bovins.
Nous espérons que la SAS va faire tout ce qu’il est possible pour nourrir et abreuver ces animaux et que ces derniers n’en pâtiront pas ».


Communiqué de presse L-PEA – 22 décembre 2016 (extrait)

L’association L-PEA déplore et condamne fermement l’incendie criminel déclenché sur le site de la Ferme Usine des 1000 veaux.

Nous condamnons de telles méthodes, non seulement stériles mais qui mettent en outre en péril la vie des animaux.

L-PEA a toujours condamné et condamnera toujours tout acte de violence à l’encontre des êtres humains comme des animaux.

Nous tenons d’ailleurs à préciser que L-PEA a été particulièrement choquée des propos tenus par les actionnaires de la SAS Alliance Millevaches mais également par Xavier Beulin, président de la FNSEA qui nous accuse à demi-mots d’être les auteurs de cet acte.

L-PEA tient à rappeler qu’aucune violence n’a jamais été à déplorer de la part des associations de protection animale tandis que nous avons été maintes fois menacées, y compris physiquement, comme lors de la « Nuit Debout devant les abattoirs » au mois de juin dernier.


Une cellule d’enquête spécifique pour l’incendie à la "ferme des Mille Veaux"

La Montagne, 26/12/2016 à 21h25

Après l’incendie criminel qui a ravagé l’un des bâtiments du centre d’engraissement de Saint-Martial-le-Vieux (Creuse), un groupe d’enquêteurs spécifique a été mis en place pour tenter de trouver les responsables.

Le groupement de la gendarmerie de la Creuse a mis en place une cellule d’enquêteurs spécifique pour répondre à la « gravité » de la situation », souligne le Parquet, après l’incendie criminel qui a frappé le centre d’engraissement de la SAS Alliance Millevaches jeudi dernier.

« On travaille sur une information de dégradation par incendie volontaire », a ajouté le Parquet qui n’en dira pas plus au demeurant car le dossier est on ne peut plus sensible.

En effet, l’incendie qui s’est déclaré vers 4 h 30 jeudi, dans le bâtiment de stockage du fourrage du centre de Saint-Martial-le-Vieux serait d’origine criminelle puisque des tags injurieux ont été retrouvés sur les murs. Or, le projet de centre d’engraissement, qui pourra accueillir à terme 800 veaux, fait l’objet d’une vive contestation de la part de l’association L-PEA (Lumière sur les pratiques d’élevage et d’abattage). Si pour les éleveurs touchés par cet incendie les auteurs ne font pas de doute, la présidente de L-PEA condamne « ces méthodes ». Les résultats de l’enquête sont donc très attendus...