" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Bordeaux (Gironde) : sabotage de la nouvelle ligne de tram
Article mis en ligne le 23 décembre 2016
Imprimer

Des incidents ont perturbé le trafic sur l’extension de la ligne C du tramway

Direct Matin Bordeaux, Jeudi, 22 Décembre 2016 06:00

Entre mardi soir et mercredi soir, la nouvelle extension de la ligne C du tramway entre Ravezies et Blanquefort, mise en service samedi, était à l’arrêt. Les rames circulent à nouveau normalement depuis ce jeudi matin.

Pendant 24 h, les usagers souhaitant se rendre à Bordeaux ont été invités à emprunter la ligne de bus 29 dont le terminus est aux Quinconces.

Sur les panneaux des six nouvelles stations, des messages indiquaient hier « un incident ». Selon nos confrères du journal « Sud Ouest » qui se sont rendus dans les divers arrêts de ce nouveau tronçon de 7,2 kilomètres, des agents de Keolis Bordeaux Métropole présents sur place expliquaient hier aux voyageurs déçus que des « actes de malveillance » étaient à l’origine de cette interruption de trafic. Ces personnels citaient « des câbles de fibre optique arrachés » et des « cales » placées au niveau de système d’aiguillage.

Informations démenties hier soir par le directeur général de Keolis Bordeaux Métropole, Hervé Lefèvre. Il a confié au quotidien régional que « la fibre optique entre des armoires de signalisation a bien été endommagée », mais que « ces dégradations ne sont pas la conséquence d’actes de malveillance ». Lui évoque plutôt la piste de « rongeurs qui ont pu grignoter les câbles ». « Il peut aussi s’agir d’un connecteur mal arrimé », dit-il dans l’édition de « Sud Ouest » de ce jeudi.

Des essais sur la ligne ont lieu depuis hier soir. La reprise de la circulation des rames a repris normalement dans la soirée. •