" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Neuf-Brisach (Alsace) : double attaque incendiaire contre la gendarmerie [mis à jour]
Article mis en ligne le 30 décembre 2016
Imprimer

Un véhicule de gendarmerie incendié dans la caserne

L’Alsace, 30/12/16 11:49

La brigade territoriale de gendarmerie de Neuf-Brisach a été la cible d’une tentative d’incendie criminel, ce vendredi aux alentours de 4h du matin.

Les pompiers sont intervenus suite à un feu de voiture dans l’enceinte de la brigade, où logent plusieurs familles. Le véhicule a été complètement détruit par les flammes. Un deuxième début d’incendie a été constaté au niveau de l’entrée principale d’accueil du public de la caserne.

La compagnie de gendarmerie de Colmar, en charge de l’enquête, confirme un acte de nature intentionnelle et criminelle. L’identification criminelle est sur place. Aucune piste n’est privilégiée pour l’instant. La brigade de Neuf-Brisach est temporairement fermée ce matin.


Permis retiré : cinq hommes jugés pour l’incendie d’un véhicule de gendarmerie

AFP, 12/01/2017 à 19:47

Cinq hommes, âgés de 19 à 23 ans, seront jugés ce vendredi à Colmar pour avoir incendié en pleine nuit un véhicule de gendarmerie garé dans la cour d’une caserne, afin de se « venger » des fonctionnaires qu’ils tenaient pour responsables de la perte de leur permis, a annoncé jeudi à l’AFP le procureur de Colmar.

Les cinq jeunes, qui ont été écroués jeudi soir, seront jugés en comparution immédiate pour « destruction en bande organisée par moyens dangereux », a précisé le procureur, Christian de Rocquigny.

Ils sont soupçonnés de s’être introduits dans l’enceinte fermée de la gendarmerie de Neuf-Brisach (Haut-Rhin), vers 4 heures du matin le 30 décembre, en escaladant une clôture, puis d’avoir incendié un véhicule, à quelques mètres des logements des militaires. Une porte de la caserne a été dégradée.

« Deux de ces cinq hommes voulaient se venger des gendarmes, parce qu’ils étaient mécontents d’avoir perdu leur permis de conduire. Ils ont entraîné les autres dans cette expédition », a raconté le magistrat.

Les incendiaires présumés avaient pris des précautions pour ne pas être identifiés - ils avaient préféré aller dormir à l’hôtel après leur forfait, plutôt que de courir le risque d’être repérés en rentrant chez eux -, mais les gendarmes les ont identifiés à l’issue d’une longue enquête.

En garde à vue, les enquêteurs leur ont fait remarquer que le sinistre aurait pu avoir de graves conséquences pour les personnes. Mais les suspects ont répondu « qu’ils s’en fichaient des gendarmes », a raconté le procureur.