" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Villeneuve (Grenoble, Isère) : 2017 commence bien pour le nouveau poste de police
Article mis en ligne le 4 janvier 2017
Imprimer

Le nouveau bureau de police de la Villeneuve à Grenoble (Isère) fermé après avoir été vandalisé

F3 Alpes, 03/01/2017 à 17:54

Dans la nuit du 31 décembre au 1e janvier, le nouveau bureau de police de la Villeneuve à Grenoble a été vandalisé, seulement un mois après son ouverture. Un mineur a été interpellé sur les lieux.

L’année n’a pas très bien commencé au nouveau bureau de police de la Villeneuve. Peu après minuit, le 1e janvier, le système d’alarme s’est déclenché. Armés de grosses pierres et d’un plot en fer, plusieurs personnes s’en sont pris aux baies vitrées et à la porte coulissante du commissariat.

Les assaillants, sauf un, se sont enfuis au moment où un équipage de police est arrivé sur les lieux. Un mineur a été interpellé et placé en garde à vue. Alors qu’il était entendu par les forces de l’ordre, le jeune homme de 16 ans a affirmé qu’il n’avait rien fait, qu’il se trouvait simplement aux abords des lieux après avoir salué les casseurs. Casseurs qu’il dit ne pas connaître. Sa fuite n’était due, toujours selon lui, qu’à un simple réflexe de mimétisme.

Après son audition, le jeune homme a été remis en liberté. Une enquête a été ouverte pour tenter d’identifier les auteurs de ces dégradations.

Actuellement, le bureau de police est fermé jusqu’à ce que les réparations des baies vitrées et de la porte, qui ne peut plus s’ouvrir, soit effectuées.