" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Creutzwald (Moselle) : crever les yeux de l’Etat avant leur mise en service
Article mis en ligne le 9 février 2017
Imprimer

Creutzwald : à peine installées aux abords du centre social du Breckelberg, les caméras vandalisées

Républicain Lorrain, 09/02/2017 à 18:07

Cinq caméras de vidéoprotection, tout juste installées aux abords du centre social Les Peupliers, à Creutzwald, ont été vandalisées.

A peine installées et déjà vandalisées. Les caméras de vidéoprotection, mises en place jeudi et vendredi derniers aux abords du centre social Les Peupliers, au quartier Breckelberg à Creutzwald, n’auront même pas eu l’occasion d’être utilisées. Avant même leur mise en service, elles ont été détruites au courant du week-end. Un acte « délibéré et préparé » que dénonce le maire de Creutzwald, Jean-Luc Wozniak, qui a porté plainte auprès de la gendarmerie. « Cinq des sept caméras installées ont été vandalisées alors que les travaux n’avaient pas encore été réceptionnés », regrette l’élu. «  Il s’agit pourtant de matériel solide, robuste, que nous avions placé à quatre mètres de hauteur environ. Donc difficilement accessible. Les auteurs de ces dégradations étaient organisés de manière à les détruire. »

Le méfait a été découvert lundi matin, par le personnel de l’ASBH, lors de son arrivée au centre social.

Le maire persiste néanmoins dans sa volonté d’équiper le site qui bénéficie déjà d’une alarme anti-intrusion : « Les caméras devraient être remplacées dans la foulée. Nous louons les services d’un télésurveillant professionnel. Ce qui représente une dépense de fonctionnement de 16 000€ sur cinq ans. »

C’est en mars 2016 que les élus, lors d’un conseil municipal, avaient décidé de miser sur la vidéoprotection pour tempérer les ardeurs de certains. Le centre social des Peupliers étant confronté à des problèmes de petite délinquance et de dégradations.

Par ailleurs, l’IME les Genêts, à Creutzwald, a également subi des dégradations le week-end dernier. Des poubelles ont notamment été incendiées. « Nous avons aussitôt pourvu au remplacement du matériel », confirme le maire.