" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Grèce : tolérance zéro contre le système
Article mis en ligne le 22 décembre 2011
Imprimer

Grèce : un groupe revendique des attentats

AFP, 22 décembre 2011 à 10h13

Un groupe inconnu jusque-là, classé comme anarchiste par la police grecque, a revendiqué mardi trois attentats incendiaires qui n’ont pas fait de victimes ayant visé récemment les permanences politiques de deux ministres et d’une ténor socialiste.

Dans un texte posté sur le site alternatif d’information Indymédia, "l’organisation Tolérance zéro", appelle les Grecs "à achever le système" dont l’échec est selon elle attesté par l’actuelle crise économique et politique et "l’occupation du pays par la troika", la délégation tripartie représentant les bailleurs de fonds, UE et FMI.


L’organisation Tolérance Zéro revendique des attaques à la bombe visant plusieurs Ministères

Un groupe jusqu’alors inconnu s’appelant “Organisation Tolérance Zéro” a revendiqué la responsabilité jeudi de trois attaques incendiaires visant des politiciens grecs.

Dans une déclaration publiée sur le site Web d’information alternative Indymedia, le groupe a appelé les Grecs à « en finir avec le système, » en disant que la crise économique et politique et « l’occupation du pays par la troïka » - la BCE, l’UE et le FMI - ont été la preuve de son échec.

Citant l’écrivain français Victor Hugo, le groupe a appelé le peuple européen à « éliminer la pauvreté » en se débarrassant de « tous les parasites » et a préconisé la grève générale, les occupations , les émeutes ... et l’auto-organisation dans les quartiers et les lieux de travail.

Tolérance Zéro a revendiqué la responsabilité de l’attentat du 14 novembre et deux autres le 13 décembre qui ont endommagé les bureaux du vice-ministre des Affaires européennes Mariliza Xenoyannakopoulos , du ministre de la Justice Miltiadis Papaioannou et du député socialiste Vasso Papandreou. Personne n’a été blessé lors de ces attaques.

Les dispositifs incendiaires faites de bonbonnes de gaz ont été placés durant la nuit à l’extérieur des bureaux, une méthode fréquemment utilisée ces dernières années par les groupes anarchistes, dit la police.

La fréquence a diminué après l’arrestation de près de 15 membres présumés de la Conspiration des Cellules de Feu, considéré comme l’organisation anarchiste de premier plan.

Les attaques incendiaires du 13 décembre se sont produites le jour avant le début du procès de quatre des suspects.

Tolérance Zéro a tenu à exprimer sa solidarité avec la Conspiration des Cellules de Feu, ainsi qu’avec l’organisation Lutte Révolutionnaire considérée comme une organisation terroriste par les Etats-Unis et l’UE.

Huit membres présumés de ce groupe d’extrême-gauche sont en procès pour environ 15 attaques depuis 2003. Personne n’a été tué lors des attentats.

ekathimerini [AFP], 22/12/2011
Traduit de l’anglais par le Chat Noir Emeutier, 22/12/2011