" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Savigné (Vienne) : Sabotage nocturne du mât de mesure d’un projet éolien
Article mis en ligne le 1er mars 2017
Imprimer

Savigné : sabotage d’un mât de 100 m de haut sur un projet éolien

Centre-Presse, 01/03/2017 17:39

Un mât métallique de cent mètres de haut a été saboté par un mystérieux collectif opposé aux éoliennes . Ce mât de mesure du vent se trouvait à Savigné, dans la Vienne. Le projet de création de huit éoliennes est toujours en phase d’instruction en préfecture. Près de trois ans après son installation, ce mât de mesure du vent a été saboté. Il est tombé à terre.

Au cours de la nuit du 11 au 12 février dernier, un mât de mesure du vent, implanté à Savigné (Vienne) dans le cadre d’un projet de création d’un parc de huit éoliennes a été saboté.

"Ils ont saboté des câbles qui maintenaient le pylône", explique Jade Aparis, responsable éolien dans le Sud Ouest pour la société RES.

Une opération qui aurait pu s’avérer très dangereuse pour les saboteurs. Le mât de mesure installé depuis près de trois ans a fini par tomber. Il était en cours de démontage hier.

La société envisage de porter plainte après cette action revendiquée par un mystérieux "Collectif dissident action vent de colère".

Il avait adressé un courrier de revendication à notre rédaction quelques jours plus tard, mais en se trompant, annonçant un sabotage d’éolienne à Charroux.

L’action a en fait été menée sur la commune limitrophe où il n’y a pas encore d’éolienne !

Le dossier, déposé en juin 2016, est toujours en cours d’instruction par les services de la préfecture.

"Nous sommes de plus en plus confrontés à des oppositions violentes, physiques ou verbales", note la société RES.