" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Espagne : quelques mots sur l’expulsion en cours des anarchistes Mónica et Francisco
Article mis en ligne le 4 mars 2017
Imprimer

Comme tout le monde a pu l’apprendre à travers la presse bourgeoise, la magistrature espagnole a donné son aval à l’expulsion de nos compagnons Mónica et Francisco le 30 janvier dernier. Cette expulsion n’a pas encore eu lieu, même si elle prenait effet immédiatement et devrait se produire d’ici peu. Cependant aucune date n’a encore été fixée.

Dès le jour de leur arrestation, le 13 novembre 2013, une procédure d’expulsion avait été ouverte à leur encontre afin de les déporter quelle que soit l’issue du procès judiciaire à l’Audiencia nacional (ils avaient été arrêté-e-s sous la loi antiterroriste), en cas de relaxe comme de condamnation.
Le procès s’est tenu du 7 au 9 mars 2016, et ils ont été condamnés à 12 ans de prison pour dommages terroristes, quoique relaxés pour l’accusation d’appartenance à une organisation terroriste. Ensuite, le tribunal suprême à abaissé cette condamnation à 4 ans et demi de prison. Selon la législation espagnole, pour les citoyens d’origine étrangère en situation irrégulière en Espagne, une peine de plus d’un an et moins de six ans peut être remplacée par l’expulsion. La peine étant en l’occurrence de 4 ans et demi (dont plus de trois déjà purgés, notamment en préventive) le parquet a requis l’expulsion, voulant se débarrasser de la patate chaude qu’est devenue cette affaire, en même temps que les compagnon-ne-s faisaient de leur côté eux aussi cette demande, puisqu’une fois expulsé-e-s au Chili ils devraient être remis en liberté. L’expulsion a donc été approuvée le 30 janvier dernier.

Jusqu’alors nous n’avions rien communiqué sur cela, vu la précipitation des charognards de la presse et l’aspect totalement chaotique et bâclé de la procédure. L’expulsion, qui dans un premier temps devait être immédiate, est ensuite passée à une période d’entre 2 et 6 mois pour revenir une nouvelle fois à des délais immédiats, avant d’être à nouveau retardée du fait que la prison de Villabona a perdu le passeport de Francisco et que le consulat du Chili devait lui en émettre un spécial pour que l’expulsion puisse avoir lieu.

Au bout de la compétition entre l’administration pénitentiaire, le ministère de l’Intérieur, la police nationale et l’ambassade du Chili pour voir qui était le plus incompétent, les compagnons ont finalement été transféré-e-s dans des prisons de Madrid, Francisco à Valdemoro et Mónica à Soto del Real, d’où ils devraient théoriquement être expulsés dans les plus brefs délais, les démarches nécessaires ayant été résolues et eux-mêmes étant actuellement dans les mains de la Police espagnole qui les embarquera dans un avion à destination de Santiago du Chili une fois accomplie sa maudite bureaucratie.
Là-bas, ils devraient être remis-e-s aux autorités chiliennes qui, après avoir à son tour rempli sa paperasse, devraient les remettre en liberté (normalement en moins de 24 heures) puisqu’ils n’ont pas de dossier judiciaire ouvert dans le pays andin (rappelons que les deux, ainsi que d’autres compagnon-ne-s, avaient été relaxé-e-s dans l’affaire dite « caso bombas »).

Ainsi l’expulsion n’a pas encore eu lieu mais devrait se produire sous peu [la date du lundi 6 mars a été évoquée mais cette décision restant dans les mains du Pouvoir, il n’y a évidemment aucune certitude]. Une forte accolade anarchiste à toutes les personnes qui ont montré leur solidarité et leur soutien tout au long de ce processus. Il y aura plus d’informations dès qu’ils auront été expulsé-e-s.

Jusqu’à ce que tombe le dernier barreau, solidarité avec tou-te-s les rebelles et les anarchistes poursuivi-e-s et enfermé-e-s dans le monde entier. Une forte accolade aussi à toutes celles et ceux qui luttent contre l’Etat et le capitalisme. Que vive l’anarchie.

Des anarchistes de la Péninsule Ibérique,
mars 2017

[Traduit de l’espagnol de contramadrid, marzo 1, 20177]