" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Paris : Affaire Emmaüs. Relaxe des 3 camarades poursuivis pour séquestration
Article mis en ligne le 23 mars 2017
Imprimer

Affaire Emmaüs : relaxe des 3 camarades poursuivis pour séquestration.

Pari-Luttes, 23 mars 2017

Trois camarades sont passés devant la cour d’appel de Paris, le 6 février dernier, pour s’être solidarisés en août 2015 avec les migrants du centre d’hébergement Pernety géré par Emmaüs solidarité.

Ces derniers étaient alors en grève de la faim pour contester leurs conditions d’hébergement et de suivi administratif.

Le 6 février dernier une centaine de personnes solidaires assistait à l’audience. Assez rapidement le ton a été donné par l’un des juges : "Je vous rappelle quand même qu’on parle d’Emmaüs, pas d’un marchand de sommeil ".

Malgré l’absence des salariés d’Emmaüs, le président et ses assesseurs ont sorti le grand jeu : interrogatoire à charge virulent et provocations.

Mais les trois camarades, ne se laissant pas intimider, se sont défendus avec calme et détermination, soutenus par les réactions du public.

Une témoin citée par la défense est intervenue, rappelant les conditions d’accueil des migrants dans ces centres.

L’avocat général a requis la confirmation des condamnations prononcées en 1ère instance, soit 4 mois de prison avec sursis et des dommages et intérêts pour la séquestration, et 200 € d’amende pour le refus de prélèvement ADN.

La défense commune et solidaire des trois camarades et la mobilisation des personnes solidaires ont permis d’obtenir la relaxe (sauf pour l’ADN).

N’oublions pas que la lutte collective des migrants leur avait permis d’obtenir satisfaction de leurs revendications.

Aujourd’hui l’accueil des migrants ne s’est pas amélioré. Emmaüs gère actuellement Porte de la Chapelle "le plus grand centre d’hébergement" d’Île-de-France qui n’est rien d’autre qu’un centre de tri et d’enfermement.

Les migrants sont de plus en plus assignés à résidence, placés en centre de rétention et expulsés avant même d’avoir eu l’occasion de faire leur demande d’asile.

La solidarité est plus que jamais nécessaire.