" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Notre-dame-des-Landes : la voiture de journaflics et la conférence de presse des Mélenchonistes dans la merde. L’ACIPA fidèle à elle-même.
Article mis en ligne le 23 mars 2017
Imprimer

Des zadistes s’en prennent à une voiture de France Bleu Loire Océan

France Bleu Loire Océan, 15 mars 2017 à 17:48

Des zadistes ont jeté des excréments et de la peinture sur une voiture de France Bleu Loire Océan ce mercredi à l’issue d’une conférence de presse à Notre-Dame-des-Landes. La journaliste de la radio en repartait lorsque son véhicule a été pris pour cible à un carrefour.

La voiture d’une journaliste de France Bleu Loire Océan a été prise pour cible ce mercredi par un groupe de zadistes dans le secteur de Notre-Dame-des-Landes en Loire-Atlantique. Un groupe de trois ou quatre individus dont certains avaient le visage dissimulé par une capuche a fait irruption à un carrefour routier, ils ont jeté des excréments sur la carrosserie du véhicule et lancé une bouteille de peinture jaune sur une roue. Notre consoeur a pu continuer sa route mais elle a été surprise par la soudaineté de cette agression.

Une conférence de presse dans un climat tendu

Un peu plus tôt dans la matinée, un groupe de zadistes s’est présenté sur la propriété de Sylvain Fresneau, un des responsables de l’Acipa (une association d’opposants au transfert de l’aéroport) qui accueillait sur place une conférence de presse de l’une des porte-paroles de Jean-Luc Mélenchon, l’ancienne députée Martine Billard. Les zadistes, très remontés, n’ont pas apprécié de ne pas être associés à cette conférence de presse. Ils ont commencé à tenir des propos anti-système et à dénoncer la présence de représentants politiques (NDLR : pourtant hostiles au transfert de l’aéroport) sur la ZAD.

Des excréments jetés sur un bâtiment de la famille Fresneau

Avant de rebrousser chemin, ces militants anti-aéroport s’en sont pris à un des bâtiments de l’exploitation de Sylvain Fresneau (opposant "historique" s’il en est) en jetant des excréments sur la porte d’entrée du local où se déroulait la conférence de presse au cours de laquelle Martine Billard a rappelé la totale opposition du candidat Mélenchon au transfert de l’aéroport de Nantes.

La presse régulièrement visée

Ce n’est pas la première fois que la presse est prise pour cible par certains zadistes mais cela ne s’était jamais produit dans ce contexte et sur ce lieu. Depuis longtemps en effet des conférences de presse sont régulièrement organisées à la Vache-Rit, un lieu-dit de Notre-Dame-des-Landes, et il n’y a jamais eu d’incident. Les tensions avec les journalistes ont lieu en général lors des manifestations anti-aéroport ou lors d’opérations de sécurité menées sur la ZAD. C’est ainsi que les quatre pneus d’une voiture de France Bleu Loire Océan avaient été crevés il y a quelques mois lorsque des forces de l’ordre avaient été mobilisés pour protéger la venue d’un huissier sur le secteur.


NDDL. Coup de gueule d’un leader anti-aéroport contre des zadistes

Ouest France, 22/03/2017 à 19:52

Le torchon brûle entre les opposants historiques de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et des Zadistes. Julien Durand, porte-parole de l’Acipa, pousse un "coup de gueule" contre les dégradations, les tags et la perturbation à coup d’excréments d’une réunion politique. L’Acipa, principale association d’opposants, évoque même un "sabotage délibéré de l’unité du mouvement anti-aéroport."

Dans la dernière de lettre de l’Acipa, la grande association des opposants à Notre-Dame-des-Landes, ce titre éloquent : « La Vache Rit en grève illimitée - Coup de gueule ». La Vache Rit, c’est une grange au cœur de la Zad, QG des réunions anti-aéroport. Les historiques, souvent cultivateurs, y accueillent les nouveaux opposants que sont les « Zadistes ».

Le « coup de gueule », c’est celui poussé par Julien Durand, porte-parole de l’Acipa, lors d’une réunion des habitants, le 16 mars.

Il y évoque trois sujets de griefs :

Premièrement : « Vols de panneaux de travaux et d’un feu clignotant de chantier pour la pose de canalisation d’eau (sur une route en bordure de Zad) ; le responsable du chantier m’interpelle. […] Le feu est retrouvé dans un lieu de la Zad, puis rendu à l’entreprise. Le responsable de ce chantier est anti-aéroport et en a ras le bol de ces conneries à répétition… »

Deuxièmement : « Tags de peinture noire récents sur les panneaux d’entrées des bourgs environnants (motifs écrits : zad, acab, bzh 44) ; cela irrite les habitants ; c’est dégueulasse. »

« Conneries inutiles »

Troisièmement : « Mercredi 15 mars, lors de la venue des représentants de la France Insoumise à la Vache Rit, un groupe important de zadistes veulent perturber la rencontre ; cela se termine par des jets de merde sur la porte de la Vache Rit, puis sur la voiture de la journaliste de France Bleu Loire Océan. Résultat : les articles de presse relatent en priorité ces conneries inutiles, et presque rien sur les propos intéressants des représentants de la France Insoumise. »

Ce n’est pas la première fois que l’Acipa, association pacifiste regroupant des milliers de personnes à travers la France, accuse certains Zadistes, partisans de l’action musclée, de nuire à la cause en se mettant à dos la population et l’opinion publique.

« Sabotage délibéré »

Le conseil d’administration de l’Acipa a par ailleurs décidé de suspendre son agenda de réunions avec d’autres composantes du mouvement, plus de matériel prêté, et plus de mise à disposition de la Vache Rit, « suite aux violences à répétition contre des opposants ce mercredi 15 mars – violences allant bien au-delà du verbe et qui, pour nous, s’apparentent à du sabotage délibéré de l’unité du mouvement anti-aéroport… »

L’Acipa regrette même que quelques Zadistes importunent des habitants et opposants historiques qui se sentent « à peine tolérés chez eux et dont la résistance est pourtant toujours intacte ».