" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Pour en finir avec l’illusion de la démocratie...
Article mis en ligne le 26 mars 2017
Imprimer

Pour en finir avec l’illusion de la démocratie

Voter, c’est déléguer son pouvoir de décider et de gérer soi-même sa propre existence.
Voter, c’est approuver les fondements de cette société qui repose sur l’exploitation, l’oppression et l’autorité.
Voter, c’est contribuer à perpétuer un système de misère et de domination, à considérer que la base de nos relations ne puisse se fonder sur autre chose que sur l’argent ou la compétition.
Voter, c’est accepter de se soumettre aux lois et aux milices armés créées pour défendre les intérêts des riches et des puissants.
Voter, c’est perpétuer l’illusion de la démocratie, la chaîne invisible qui est dans nos têtes.

Se limiter à lutter contre les élections ne peut en aucun cas nous satisfaire, puisque c’est le monde qu’elles légitiment et renforcent que nous voulons détruire. Nous ne considérons pas non plus qu’il y ait un moment précis propice pour déclarer la guerre aux oppresseurs et aux exploiteurs : la guerre sociale ne connaît aucune trêve. Nous n’avons ni stratégie à établir ni plan militaire à appliquer pour l’insurrection. Nous sommes simplement armé.e.s de notre rage et de notre créativité pour foutre en l’air les piliers de la domination. Seul.e.s, accompagné.e.s ou en groupes coordonnés, propageons et multiplions les foyers de désordre libérateur.

Nous déserterons les urnes, comme à chaque fois, car nous ne reconnaissons aucune légitimité à ceux qui sont appelés à nous gouverner. Nous continuerons à agir par et pour nous-mêmes, comme nous le faisons chaque jour.

Nous voulons conquérir la liberté totale, en nous débarrassant une fois pour toute de l’argent et du travail, des prisons et des frontières, des chefs et des États, fascisants comme démocratiques. Nous pourrons alors enfin expérimenter ce qu’est LA VIE.

Nos désirs de Liberté ne rentreront jamais dans leurs urnes, alors…
sabotons la mascarade électorale !

[Contrainfo, January 30th, 2017]