" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Paris-4e : troisième manifestation et affrontements après la mort de Shaoyo Liu
Article mis en ligne le 30 mars 2017
Imprimer

Mort de Shaoyo Liu : nouveaux heurts mercredi soir entre policiers et manifestants devant l’Hôtel de ville de Paris

France Bleu Paris Région, 30 mars 2017 à 8:49

L’appel au calme de la famille de Shaoyo Liu, tué par un policier n’a pas suffi. La colère de la communauté chinoise est toujours aussi forte. Policiers et manifestants se sont affrontés mercredi soir devant l’Hôtel de ville de Paris.

Un nouveau rassemblement a dégénéré mercredi après la mort de Shaoyo Liu, tué par un policier. Près de 200 personnes s’étaient réunies sur le parvis de l’Hôtel de ville pour allumer des bougies. Malgré l’appel au calme lancé par la famille de Shaoyo Liu dans la journée de mercredi, de nouveaux affrontements ont eu lieu avec les forces de l’ordre.

Aux cris de "Police assassin", des manifestants ont brièvement coupé la circulation rue de Rivoli avec des barrières de sécurité. Des vitrines de magasins ont été endommagées [notamment du BHV]. La police a dû utiliser du gaz lacrymogène pour disperser les manifestants qui leur jetaient des projectiles. [Il n’y a eu aucune interpellation, selon la police, précisant que deux manifestants avaient été légèrement blessés ainsi que six CRS.]

Mercredi soir, [sur les 45 personnes interpellées lundi et mardi], quatre personnes étaient toujours en garde à vue tandis que dix autres ont été présentées à la justice soit pour être jugées en comparution immédiate, soit pour une date ultérieure.


Ressortissant chinois tué par un policier : des heurts près de l’Hôtel de ville de Paris

BFM, 30/03/2017 à 07h56

Pour la troisième nuit consécutive, des heurts ont éclaté à Paris après la mort d’un ressortissant chinois tué par un policier dimanche. Les affrontements se sont cette fois déplacés dans le centre de la capitale, dans le quartier de l’Hôtel de ville.

La colère ne retombe pas. La communauté chinoise de Paris était encore mobilisée mercredi soir lors d’un rassemblement pacifique pour dénoncer la mort de Shaoyo Liu, un père de famille chinois tué par la police dimanche, à son domicile du 19e arrondissement de Paris.

Vers 22h30 mercredi soir, la manifestation qui se tenait près de l’Hôtel de ville, dans le 4e arrondissement a commencé à dégénérer. Un face à face très tendu s’est notamment tenu rue de Rivoli. Plus de 200 manifestants ont tenté de bloquer l’axe avec des barrières, certains les jetant sur les policiers. Jets de projectiles, bousculades, les heurts se sont intensifiés face à des policiers qui ont répliqué à coup de gaz lacrymogène. La scène s’est ainsi répétée plusieurs fois de suite.

Des vitrines publicitaires brisées

Un peu plus loin, au cri de "police assassins", des manifestants se sont rassemblés pour un sitting. Des slogans accusateurs entendus depuis les premiers rassemblements lundi alors que les manifestants crient à l’injustice après la mort de ce père de famille de cinq enfants.

Les forces de l’ordre ont finalement repris la situation en main vers minuit avec l’arrivée de CRS. Les policiers ont alors encerclé puis reconduit les manifestants par petits groupes jusqu’au métro. Vers 1 heure du matin, la situation s’est finalement calmée. Quelques dégâts matériels ont été constatés dans le quartiers : vitrines publicitaires brisées et poubelles incendiées.

De nouvelles tensions pourraient à nouveau éclater ce jeudi soir, une quatrième manifestation pourrait se tenir à République. Mercredi, la famille avait lancé un appel au calme et contredit la version de la police. D’après sa fille, son père n’aurait pas cherché à agresser la police avec la paire de ciseaux qu’il avait en main contrairement à ce qu’affirme la police.