" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Fresnes/Bois d’Arcy (Ile de France) : les matons ont des noms... et des adresses
Article mis en ligne le 5 avril 2017
Imprimer

Violente agression d’un gardien de la prison de Fresnes à son domicile

L’Express, 04/04/2017 à 18:12

Un gardien de la prison de Fresnes a été agressé dimanche devant chez lui par trois hommes soupçonnés d’être d’anciens détenus.

Une enquête a été ouverte après la violente agression dont a été victime, dimanche, un surveillant de la prison de Fresnes (dans le Val-de-Marne), à son domicile situé dans une commune voisine, selon des informations révélées par France Bleu. Les investigations pour violences sur personne dépositaire de l’autorité publique et tentative d’enlèvement ont été confiées à la Sûreté départementale du Val-de-Marne, précise l’AFP.

Selon son récit, cet homme de 36 ans était en train de laver son véhicule devant chez lui, lorsqu’une voiture s’est arrêtée à sa hauteur. Trois hommes, que le surveillant pense avoir reconnus comme étant d’anciens détenus, en sont alors descendus.

21 jours d’ITT

"Après lui avoir dit ’tu te souviens de nous ?’, ils lui ont asséné des coups", relate une source judiciaire sollicitée par Le Parisien. Les agresseurs auraient ensuite tenté de faire monter leur victime de force dans leur véhicule, mais l’intervention d’un voisin aurait mis le trio d’agresseur en fuite.

Le fonctionnaire s’en est sorti avec plusieurs dents cassées, des plaies au visage, et souffre de douleurs aux cervicales. Après une brève hospitalisation au CHU Henri-Mondor à Créteil, dont il est ressorti lundi, il s’est vu prescrire une interruption temporaire de travail (ITT) de 21 jours. Le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, a tenu à appeler le surveillant en personne pour l’assurer de son soutien, selon Le Parisien. "Cet acte inadmissible intervient dans un contexte où les agressions de surveillant se multiplient et demeurent trop souvent banalisées", déplore le délégué national FO Pénitentiaire, Yoan Karar, dans les colonnes du quotidien régional.

Une surveillante de Bois d’Arcy agressée ce mardi

Ce mardi matin, a appris L’Express du même syndicat, une surveillante de la prison de Bois d’Arcy, dans les Yvelines, s’est faite agresser par deux personnes, alors qu’elle était en route pour la maison d’arrêt. "Elle a été poursuivie en voiture, ses agresseurs l’ont insultée et bloquée une première fois en lui crachant dessus, puis, la seconde fois, ils lui ont lancé de l’eau dessus", relate Willy Saïb, surveillant et délégué FO. Il affirme que sa collègue, qui n’a pas reconnu les deux individus, a réussi à atteindre la prison, où des gardiens ont pu la protéger. "On ne sait pas ce qui se serait passé autrement", déplore le syndicaliste.

FO pénitentiaire appelle à un blocus de la prison de Fresnes mercredi à partir de 18 heures, pour dénoncer les conditions de travail du personnel. Une action à laquelle devraient se joindre des surveillants de la maison d’arrêt de Bois d’Arcy, victimes depuis plusieurs jours d’agressions à répétition perpétrées par des détenus. Lundi, FO avait déjà organisé un blocage devant la maison d’arrêt.