" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Valence (Drôme) : la permanence du FN broie du noir
Article mis en ligne le 11 avril 2017
Imprimer

Valence : des dégradations contre la permanence du FN

France Bleu Drôme-Ardèche, 11 avril 2017 à 10:51

La permanence du Front national à Valence a été vandalisée. Dans la nuit de lundi à mardi, probablement un peu avant 3 heures et demi du matin, une ou plusieurs personnes ont réussi à forcer le rideau métallique qui protège la devanture. Un extincteur a été projeté dans la vitrine, qui est endommagée mais pas détruite. A l’intérieur, le sol, le matériel de campagne est aussi maculé de peinture noire.

Il y en a sur le sol, la banquette, la télévision, la photocopieuse ... et sur trois piles de tracts, prêts à être distribués dans les boîtes aux lettres. "On devait le faire ce matin", confie Bernard Sironneau, en charge des adhésions à la fédération de la Drôme du FN, et qui était sur place pour constater les dégâts. "C’est lamentable, c’est des méthodes de fachos."

Dans la nuit de lundi à mardi, le ou les responsables ont d’abord forcé le rideau métallique de la devanture, avant de faire un trou dans la vitre avec l’extincteur et de jeter la peinture. "Les policiers sont venus dès cette nuit faire les premières constatations", explique Richard Fritz, conseiller régional du FN. "Et moi j’ai été porter plainte au commissariat."

En attendant de trouver le ou les coupables, les militants vont devoir s’activer pour tout remettre en état, à deux semaines du premier tour de l’élection présidentielle. "J’ai pas envie de penser que nos adversaires politiques sont responsables", poursuit Richard Fritz. "Ceux qui ont fait ça, c’est des voyous, des petites frappes !" Une enquête est en cours. L’extincteur a été emporté par la police, pour voir s’il porte des traces d’ADN.