" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Montevideo (Uruguay) : blocage et attaques suite à l’expulsion de La Solidaria
Article mis en ligne le 15 avril 2017
Imprimer

Le 21 mars, une manifestation a été organisée à Montevideo (Uruguay) contre l’expulsion du centre social occupé La Solidaria. Selon la presse, des rues ont été bloquées avec des poubelles enflammées, il y a eu quelques jets de Molotov et une dizaine de personnes ont attaqué le siège central du parti Communiste, un local en construction du nouveau siège de Abitab, ainsi qu’une association de retraités de la police. La Garde Républicaine a ensuite obligé les manifestant-e-s à bouger.


A propos des événements et des arrestations liées à l’expulsion de la Solidaria

Hier, mardi 4 avril, des membres des services de renseignement et de la police ont effectué deux perquisitions conjointes liées au Centre Social La Solidaria. Les perquisitions se sont soldées par l’arrestation de cinq personnes, dont une a été mise en examen pour dégradations. L’accusation qui pourrait passer à vol fait suite aux enquêtes menées par les corps répressifs de l’Etat depuis l’expulsion du centre social et les événements postérieurs.

Ces jours-ci, l’Etat a promis d’autres arrestations. Il faut donc supposer qu’il y aura plus de personnes arrêtées. La propriété privée a été remise en question, l’auto-organisation est la coupable. La tension entre les normes étatiques qui défendent l’ordre existant basé sur le profit et l’exploitation et la capacité sociale autonome dans la lutte pour la transformation radicale est inévitable.

La capacité de prendre des lieux et de leur donner une vie véritable, de les mettre au service de la lutte sociale auto-organisée, la capacité à manquer de respect au monde de la domation ne sera pas pardonnée par les défenseurs du capital…

En ce moment, la clarté des idées est très importante et la capacité de fermeté cruciale.

Défendons nos centres sociaux, défendons la lutte pour la liberté.
Auto-organisation et action directe.

Des anarchistes

Ps : Au moment où ce texte était écrit, un autre compagnon était arrêté et transféré au tribunal pour déclarer, il a été relâché quelques heures après avec une convocation.
Cela fait un total de six arrestations, en plus des deux personnes arrêtées le jour même de l’expulsion, juste après les protestations et aussi convoquées.

[Traduit de l’espagnol de Contramadriz, Abril 11, 2017]


Montevideo, Uruguay : appel à un rassemblement contre l’expulsion de La Solidaria

Le 21 mars de cette année les forces de l’ordre viendront finalement expulser La Solidaria au1813 rue Fernández Crespo.

Il ne s’agit pas seulement d’un coup contre cet espace, c’est une attaque contre les méthodes qui y sont employées : l’auto-organisation et l’action directe pour lutter contre ce monde d’exploitation.

C’est aussi une attaque contre toutes celles et ceux qui luttent en permanence pour transformer la réalité, contre celles et ceux qui luttent pour une autre manière de vivre plus agréable, basée sur la solidarité et le soutien mutuel.

Face aux tentatives du pouvoir de faire taire la lutte, nous proposons de renforcer la rébellion permanente contre leur monde mort.

Nous proposons de répondre aux attaques constantes et toujours plus profondes que le Capital exerce sur nos vies.

Bas les pattes de nos centres sociaux !

[Traduit de l’espagnol de contrainfo, 14 Marzo 2017]