" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Bruxelles : Pourquoi ? Pourquoi pas ? [mis à jour]
Article mis en ligne le 25 avril 2017
Imprimer

Pourquoi ? Pourquoi pas ?

Indy Bruxelles, 24/04/17

« C’est la danse des nanars
Qui barbouillent dans tous les sens
Les fourgons dont ielles ont marre
Avant d’allumer l’essence
 »
— chanson populaire

Dimanche 23 avril 2017
Anderlecht, la nuit. Y a d’la buée qui sort de ta cagoule. Tu découpes un trou de souris dans un grillage, pas n’importe lequel. Celui qui protège un parking pourri sur lequel sont stationnés 4 combis de police. T’ouvres ton bidon, ça sent fort. Gloup gloup sur les roues arrière. Tu t’accroupis et t’allumes. Le temps d’apprécier la vue des fourgons pris dans les flammes, et tu repars. Le cœur qui bat plus vite. Ça colle sous tes aisselles, mais ça décolle dans ton crâne.

T’as fait ça parce que c’est pas permis. T’as fait ça parce que ça fait peur. T’as fait ça parce que ça fait rire aussi. T’as fait ça parce que t’as pas envie de rester assis à regarder défiler toute cette merde. T’as fait ça parce que tu pouvais l’faire. T’as fait ça parce que « ça sert à rien ». Mais t’as fait ça parce que tu veux choisir ta vie. Et dans ta tête y a plus d’grillages et plus d’combis. Dans ta tête y a plus qu’des sourires et des incendies.

En solidarité avec les compagno-ne-s accusé-e-s de braquage à Aachen.

Et forcément, t’as aussi une pensée enflammée pour Krèm et Kara, inculpé-e-s pour l’incendie d’une bagnole de flics à Paris en 2016. Et un zoubi à Damien.

Vive le feu
Vive les fous

capuche et tendresse


Quatre camionnettes de police incendiées à Anderlecht

DH, 25 avril 2017 à 06h56

Deux nouvelles caméras de surveillance ont été installées au centre de formation… mais n’étaient pas branchées !

Stupeur pour les policiers de la zone de police Midi (Anderlecht, Forest, Saint-Gilles) ce lundi matin en arrivant au centre de formation d’Anderlecht, situé rue des Lapins. Et pour cause, dans la nuit de dimanche à lundi, quatre camionnettes ont été incendiées sur le parking du centre de formation des policiers.

Les faits sont confirmés par Marie Verbeke, porte-parole de la zone. "Ces camionnettes étaient utilisées pour le maintien de l’ordre et ont d’ailleurs été utilisées lors du match de football d’Anderlecht de dimanche, explique-t-elle. Vers 2 h 15, les vandales ont cisaillé le grillage pour s’infiltrer sur le parking. Quatre camionnettes ainsi que tout le matériel qui se trouvait à l’intérieur sont partis en fumée. Le feu s’est propagé et une petite partie du toit a également brûlé. Les suspects n’ont toujours pas été interpellés et l’enquête est en cours."

Cette nouvelle a fait bondir Alain Kestemont (Défi), conseiller de police de la zone. "Ces faits me révoltent ! Notre zone de police peine à trouver les moyens nécessaires pour que nos policiers puissent travailler dans les meilleures conditions possibles et les communes qui composent la zone de police Midi font d’énormes sacrifices financiers pour y parvenir. Je n’ai cessé de réclamer, depuis le début de cette législature, des véhicules et du matériel pour nos policiers et en voilà une partie qui part en fumée !", explique Alain Kestemont qui interpellera Marc-Jean Ghyssels (PS), le président du collège de police de la zone. Des boucliers et des matraques font notamment partie du matériel incendié.

Toujours selon Alain Kestemont, deux nouvelles caméras de surveillance ont été installées… mais n’étaient pas branchées au moment des faits ! "S’il est confirmé que les caméras de surveillance, neuves de surcroît, n’étaient pas branchées pour assurer la surveillance de l’endroit, certains auront des comptes à rendre car même si l’incendie n’aurait peut-être pas pu être évité, il aurait probablement pu être limité !", dit encore Alain Kestemont.

Éric Tomas (PS), bourgmestre de la commune, condamne bien évidemment ces agissements. "Il s’agit d’une infraction et on essaie de voir si elle a été commise par un pyromane ou s’il s’agit d’une manifestation de type anarchique. L’enquête est en cours pour déterminer les causes précises et retrouver les individus."

Les pompiers bruxellois sont rapidement intervenus pour éteindre les flammes. "Nous avons envoyé une autopompe et un camion avec suffisamment d’eau. Le feu était très vif et nous avons mis du temps à l’éteindre. Des palettes en bois et une partie du toit ont également pris feu. Les causes précises du sinistre sont pour l’heure inconnues", a commenté Pierre Meys, porte-parole des pompiers.