" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Cherbourg (Manche) : visite nocturne à la permanence du FN
Article mis en ligne le 20 mai 2017
Imprimer

Cherbourg : la permanence du Front National une nouvelle fois vandalisée

La Presse de la Manche, 19 Mai 17 à 9:29

Dans la nuit du jeudi 18 au vendredi 19 mai 2017, à Cherbourg, la permanence du Front national a été encore une fois détéroriée par des vandales.

Cela devient une habitude. Il n’y a pas une semaine où la permanence du Front National située rue François-Lavieille, en plein centre-ville de Cherbourg, n’est pas la cible de vandales. Après avoir été recouverte de tags, d’ affiches « Liquidation totale » (!) et aspergée de peinture rouge, cette fois, c’est une des vitrines qui a été détruite dans la nuit de jeudi à vendredi.

Des précédents

Depuis son ouverture en mars 2015, la permanence du Front National n’en finit pas d’être prise pour cible, les actes de vandalisme se répétant. Fin mars, la vitrine avait été brisée mais rien avait été dérobé. Quelques semaines auparavant, la porte d’entrée avait été endommagée avec un projectile sans que les auteurs soient identifiés. Puis la façade avait été maculée de peinture rouge. Plusieurs inscriptions faisant référence au mouvement anarchiste ainsi que « Crève » avaient été inscrites sur la vitrine. En juin 2016, deux jeunes hommes avaient été interpellés après avoir tagué les permanences du FN et du Parti socialiste, rue Tour-Carré.