" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Amblainville (Oise) : saboter au quotidien l’esclavage salarial
Article mis en ligne le 14 mai 2017
Imprimer

Amblainville : trois incendies volontaires sur le site de logistique XPO

Le parisien | 12 mai 2017, 20h00

Sur fond de climat social tendu, la société qui a pour clients Habitat et vente-direct.com est le théâtre depuis le 28 avril de départs de feu à répétition.

« Nous sommes sûrs que les incendies sont volontaires », lâche Mickaël Sitbon, délégué du personnel CFDT à XPO Logistics, une plate-forme installée dans la ZAC des Vallées à Amblainville depuis sept mois. L’entreprise de transports a pour clients la marque d’ameublement Habitat et le site Internet vente-unique.com.

Depuis le 28 avril, trois départs d’incendie se sont produits sur le site de 54 000m², dans la partie réservée à vente-unique.com. Le dernier remonte à jeudi. Peu avant 11 heures, un feu de palettes, contenant quelques objets manufacturés, a démarré dans la zone H4. « Les flammes étaient hautes », raconte un salarié. Les extincteurs automatiques à eau se sont mis en marche, une centaine de personnes a été évacuée. « Après, certains employés ne voulaient plus rentrer. Ils avaient peur de cramer dans l’entrepôt », raconte Stéphane, syndicaliste CFDT.

La direction a porté plainte

En avril, la piste de l’accident avait été privilégiée. « On pensait qu’il s’agissait de fumeurs qui se cachaient, car tout le monde n’a pas le droit d’aller dehors dans l’espace réservé à cela », raconte Pierre Maitrepierre, délégué syndical CFDT. Puis le 4 mai, une poubelle a pris feu, se propageant à des tapis de sol. Le troisième épisode a confirmé les soupçons d’actes volontaires. Jeudi, les experts de la cellule d’identification criminelle de la gendarmerie se sont déplacés pour procéder à des analyses. La direction a porté plainte.

« Le problème de fond, c’est de savoir pourquoi on en est arrivé là », questionne Mickaël Sitbon. Ces incendies se sont produits dans un climat social tendu. Outre les 64 permanents, le site fonctionne avec une centaine d’intérimaires concentrés essentiellement dans la partie vente-unique.com. « Ils attendent des embauches qui n’ont pas lieu. On en a demandé une dizaine », relate Pierre Maitrepierre.

« On ne peut pas accuser quelqu’un sans preuve »

Jeudi, « une altercation entre des intérimaires et la direction a éclaté. Dix minutes après, il y a eu le feu », avance Mickaël Sitbon. « On ne peut pas accuser quelqu’un sans preuve, martèle le délégué syndical. Il y a un profond malaise et il faut que la direction reprenne la main. »

XPO logistics indique avoir « mis en œuvre des mesures additionnelles telles que le renforcement des contrôles ». Et que le lien entre le climat social et ces départs de feu n’est pas avéré.