" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Corbeil (Essonne) : même tarif pour les militaires de Sentinelle que pour les bleus
Article mis en ligne le 28 mai 2017
Imprimer

Essonne : une patrouille Sentinelle attaquée et caillassée à Corbeil

Le Parisien | 27 mai 2017, 0h09

En début de semaine, c’est une patrouille de police qui avaient été visée près de la cité des Tarterêts.

Ce n’était pas à la police qu’ils s’attaquaient cette fois-ci mais à l’armée. Une patrouille Sentinelle a été attaquée et caillassée ce vendredi soir vers 20 heures à Corbeil-Essonnes par dix jeunes encagoulés. L’attaque a eu lieu sur la Nationale 7,non loin du grand ensemble des Tarterêts, pratiquement au même endroit que celle qui avait été perpétrée lundi contre une patrouille de police.

Pas de blessé parmi les militaires ni de vitres brisées mais trois impacts sur la carrosserie et le toit de la voiture. Lundi soir, vers 21 heures, c’est une patrouille de police se rendant à l’hôpital Sud-Francilien qui avait été visée. Le pare-brise de la voiture sérigraphiée avait été étoilé après avoir essuyé une pluie de pavés.

En janvier déjà, une voiture de police qui venait de conduire une personne placée en garde à vue au centre hospitalier Sud-Francilien (CHSF) avait été encerclée dans le quartier des Tarterêts. Un pavé avait là encore été lancé sur le pare-brise, blessant une policière à la tête. Quelques jours plus tard, un policier avait été blessé.