" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Toulouse : Eiffage brûle avec les inculpées du 18 mai, d’Aachen et les autres
Article mis en ligne le 8 juin 2017
Imprimer

Indy Nantes, jeudi 8 juin 2017
Lieux : toulouse

Aujourd’hui, j’étais énervé-e.
Énervé-e par la condamnation à 7 ans de taule qui vient de tomber sur la compagnonne anarchiste accusée d’une expropriation de banque à Aachen.
Énervé-e d’apprendre que les juges ont décidé du maintien en détention de Kara et de Krème.

Une bouteille de gel hydroalcoolique vidée sur la roue avant et un allume-feu auront suffit à faire partir en fumée une voiture d’Eiffage, qui construit leurs cages, mais n’auront pas eu raison de ma colère.

Solidarité anarchiste, pour un mois de juin dangereux