" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Besançon : Eglise badigeonnée
Article mis en ligne le 9 juin 2017
Imprimer

Indy Nantes, 9 juin 2017

Parfois, certaines promenades réservent des surprises.

En passant à proximité du cimetière des Chaprais ce mercredi 8 juin, j’ai remarqué que la façade terne de l’église St-Martin des Chaprais, en rénovation depuis de nombreux mois, s’était fait bombarder d’oeufs de peinture. Au total, plus d’une dizaine de tâches. qui m’ont rappelé qu’il y a quelques semaines, des tags du genre "Nos vies, nos corps nous appartiennent" ou encore le classique "Ni Dieu ni maître" recouvraient les murs de cette même église. Dans une période où la critique de la religion est plutôt faible au sein du milieu révolutionnaire, je trouve qu’il est important de parler de ces modestes actions.