" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Paris : Un 2e procès de la lutte contre la machine à expulser
Article mis en ligne le 10 juin 2017
Imprimer

Indy Nantes, 10 juin 2017

Un premier procès concernant une des instructions judiciaires sur la lutte contre la machine à expulser se déroulera le 23 juin 2017 à Paris, contre quatre personnes. Après diverses requalifications et autres non-lieu, trois sont accusées d’avoir «  tracé en réunion des inscriptions sur des façades et mobiliers urbains » (soit des tags) en janvier 2011, et deux d’avoir « volontairement détérioré un distributeur bancaire au préjudice de la Banque Postale » (un collage d’affiches) en février 2010 lors d’une balade.

Parallèlement à cela, le 30 mai 2017, la juge d’instruction Gendre a rendu sa propre ordonnance de renvoi contre sept nouveaux compagnons et camarades devant le tribunal. Si la date de ce procès-là sera fixée ultérieurement (peut-être ces prochaines semaines), on peut d’ores et déjà en dire quelques mots.

Ce deuxième procès concerne la seconde instruction judiciaire qui avait abouti aux cinq perquisitions de juin 2010, puis à l’arrestation de deux personnes supplémentaires les 28 octobre 2010 et 19 janvier 2011 (l’une d’elle effectuant une semaine de prison préventive). Les chefs d’inculpation allaient de « dégradations ou destructions volontaires graves de bien commises en réunion » aux refus ADN et d’empreintes, en passant par des « violences volontaires en réunion », suite aux visites inamicales à l’agence Air France de Bastille et à la boutique SNCF de Belleville, ainsi que d’une pauvre vitrine d’un magasin Bouygues redécorée dans un même élan. Ces deux actions se sont produites le 17 mars 2010, quelques heures après la condamnation de dix sans-papiers à des années de prison ferme pour l’incendie du centre de rétention de Vincennes.

Plus largement, elles s’inscrivent au sein d’une lutte contre la machine à expulser qui, de 2006 à 2011, a touché des centaines d’objectifs de manière variée, par le feu ou le marteau, le sabotage à l’acide ou à la colle, sans compter les balades sauvages, les manifestations et les discussions publiques, les collages d’affiches ou la diffusion de tracts et autres propositions de lutte adressées à la rue. Une lutte sans sujet ni centre politique, qui proposait à chacun l’auto-organisation sans médiation et l’action directe diffuse à partir d’un angle particulier, la machine à expulser, une lutte au nom de la « liberté pour tous et toutes, avec ou sans papiers ».

Désormais, après quatre années d’instruction (2010-2014) et des contrôles judiciaires levés en octobre 2015, alors que les recherches des petits soldats de la section anti-terroriste de la brigade criminelle sont restées vaines contre les auteur-e-s de toutes ces attaques, c’est surtout une lutte avec ses contenus et ses propositions sans concession qui seront jugés lors de ce second procès, sept ans après les faits. Après une série de non-lieu partiels rendus en bout de course, les sept camarades et compagnon-ne-s sont finalement tous renvoyé-e-s en procès pour les refus ADN et de signalétique (dont quatre uniquement pour cela), deux pour avoir « volontairement dégradé ou détérioré des locaux professionnels de la société Air France » et un pour avoir « volontairement dégradé ou détérioré des locaux professionnels de la SNCF et de Bouygues Télécom ». D’autres informations et textes suivront plus tard.

De la Méditerranée devenue un gigantesque cimetière marin à la mise en camps des migrants qui forcent les frontières terrestres, de la construction de 33 nouvelles prisons aux technologies de la ville-prison et à l’extension du contrôle et des frontières intérieures,...
... saboter la machine à expulser et à enfermer reste plus que jamais d’actualité.

Liberté pour toutes et tous, avec ou sans papiers,
La solidarité c’est l’attaque.

Quelques anarchistes,
10 juin 2017