" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Barcelone : manifestation vengeresse en solidarité avec les accusé-e-s du braquage de Aachen
Article mis en ligne le 11 juin 2017
Imprimer

Petit résumé de la manifestation du 7 juin en solidarité avec les
anarchistes accusé-e-s dans l’affaire de Aachen

Le 7 juin 2017 à 20h, environ 250 personnes se sont rassemblées devant la bibliothèque de la place Lesseps, dans le quartier de Gracia, pour exprimer leur rage face à la condamnation à 7 ans et demi de prison infligée à la compagnonne anarchiste accusée du braquage d’une agence de la Pax-bank en novembre 2014 dans la ville allemande de Aachen.

La manifestation s’est élancée à 20h45 avec la lecture d’un communiqué exprimant le rejet des structures de l’État et de l’Eglise, une fois encore principaux acteurs de ce spectacle judiciaire. Dès le départ, le caractère de la manifestation a été posé clairement, nous étions dans les rues pour montrer aux ennemis de toujours une rage encore augmentée par la séquestration de notre compagnonne par l’État allemand.

Les rues de Gracia se sont remplies de haine au cri de LIBERTE POUR LES ANARCHISTES EMPRISONNÉ-ES, un premier objectif, le collège d’économistes de Catalogne, se faisant attaquer au passage de la rue Príncep d’Asturies. A partir de ce moment-là, la manif à continué de manière combative dans les rues principales du quartier, brisant les vitrines et mettant le feu aux DAB de différentes agences bancaires, immobiliaires, ainsi qu’à d’autres symboles du capitalisme. Tout ce qui fait partie des engrenages capitalistes se trouvait dans la ligne de mire.

La manif a pris fin sur la Plaza del Sol avec la lecture du communiqué, sans charge policière ni arrestations.

Aucune condamnation, aucun juge, aucun corps de police, aucun Etat ne pourra freiner nos désirs de liberté.
Nous serons aux côtés de nos compagnon-ne-s, bien que nos ennemis prétendent les isoler. Il est clair pour nous que la solidarité ne doit pas seulement être le fait de moments ponctuels comme celui-ci, mais qu’elle est à la base de nos luttes. Nous ne les laisserons pas seul-e-s, car s’ils touchent à l’un-e d’entre nous, ils nous touchent
toutes et tous.

Que la solidarité, notre haine et notre passion fassent tomber les murs qui enferment tou-te-s nos frères et sœurs, n’importe où dans le monde.

Des anarchistes

[Traduit de l’espagnol d’Indy Barcelone, 10 jun 2017]