" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Piégros-la-Clastre (Drome) : sabotage incendiaire d’un émetteur TDF et d’une antenne de téléphonie mobile [mis à jour]
Article mis en ligne le 18 juin 2017
Imprimer

Votre monde est notre terrain de jeu

Indy Nantes, 18 juin 2017

On ne se sent bien nulle part.

On ne se sent bien nulle part car aggressées partout.

Aggressés car ce qui n’est pas encore bétonné est soigneusement entreposé,éttiquetté,ou pousse en rang et devrait encore nous faire sourire.

Aggressés car chaque part de ce qui nous entoure tend à devenir un produit ; mesurable, adaptable,consommable, vendable.

Aggressées car de par nos actes chaque jour nous soutenons ce mode de vie que ce soit par facilité ou contre notre volonté.

Aggressés car on nous vend ce système qui coule emportant toute vie avec lui en collant un sticker vert éco-responsable dessus. On construit des villes et des missiles nucléaires mais on nous sermonne en nous matraquant qu’il est impératif d’utiliser des ampoules basse consommation.

Aggressées car on voudra nous faire croire que la normalité c’est d’être actionnaire de sa propre misère.

Nous assistons à un désastre où le règne du superficiel nous noie sous un flot d’informations et un horizon plastifié.

A propos d’informations : les pylones qui poussent un peu partout sont des points névralgiques et vulnérables parce que ce sont des points de concentration des flux et parce qu’il suffit de quelques litres d’essence pour les endommager gravement.

C’est pour ca qu’après une randonnée nocturne dans la forêt nous nous en sommes pris aux antennes relais de piégros la clastre. Une fois avoir coupé les grillages et forcé le local technique on a incendié tout ce qu’on a pu. La tristesse et l’aggression ce sont alors transformées à ce moment là en joie et en sourires complices. Ce monde nous dégoute,nous n’en attendons plus rien. Ne voulons rien en garder.
Nous voulons juste y jouer pour accélerer chaque fois un peu sa destruction.

Il y a la grande autoroute de la vie qui est toute tracée direction le péage,l’âge adulte,les responsabilités,être des hommes,être des femmes.
On nous laisse aussi l’alternative de prendre les nationales. La vie d’artiste,les paniers bios et la bonne conscience qui va avec.

Nous refusons toutes les routes.

Nous voulons sortir des chemins. Parce que ça fait peur,parce qu’on doit inventer le sentier dans l’obscurité en se donnant les mains,parce qu’on veut rester des gosses sauvages et joueur.
Biensur on risque de se perdre,d’être couvertes d’épines,d’avoir faim ou froid.

Peu nous importe,au moins nous sommes vivantes.

Ainsi notre solidarité s’exprime aux personnes pour qui les dominations ne sont pas seulement des cibles extérieures à abattre mais aussi des réflexes ancrés en nous qu’il est toujours aussi urgent d’attaquer.

Nous ne trouverons pas la liberté dans des futurs hypothétiques mais dans des chemins de révoltes à vivre au quotidien.

Pour un mois de Juin dangereux.
Pour une vie dangereuse.

Votre monde qui s’écroule est notre plaine de jeu.

Des enfants avec des allumettes.


Drôme : l’incendie des pylônes TDF à Piégros-la-Clastre revendiqué par des anarchistes

France Bleu Drôme-Ardèche, dimanche 18 juin 2017 à 19:15

L’incendie des pylônes de la TDF et de téléphonies mobiles dans la nuit de mercredi à jeudi dernier avait privé 45 000 Drômois de télévision et de couverture téléphonique. Un incendie criminel, qui a été revendiqué ce samedi sur un site libertaire.

Pour les gendarmes drômois, ça ne faisait aucun doute : l’incendie des pylônes TDF et de téléphonie de Piégros-la-Clastre, dans la Drôme, était criminel. C’est désormais un certitude, puisque l’incendie a été revendiqué sur un un site internet libertaire.

Revendication anarchiste

Dans un communiqué publié ce dimanche, le groupe qui se fait appeler "Des enfants et des allumettes", explique que c’est après une randonnée en forêt qu’il aurait décidé de mettre le feu au pylônes avec de l’essence, après avoir coupé le grillage et forcé le local technique.

45 000 Drômois privés de télévision et de téléphone mobiles

L’incendie avait créé une grosse pagaille : plus de télévision pour des dizaines de milliers d’habitants de la vallée de la Drôme et du Diois. Les émetteurs de téléphonie mobile avaient eu aussi brûlé, rendant les téléphone portables inutilisable dans la zone. La télévision fonctionnait de nouveau vendredi. Concernant le téléphone, là aussi tout a été rétabli ce weekend, sauf pour Orange et Free, dont les antennes devraient de nouveau être opérationnelles ce lundi.


45 000 foyers privés de TNT après le sabotage d’un émetteur à Piégros-la-Clastre

Dauphiné Libéré, 15/06/2017 à 14:47

12 H 04 : Les deux pylônes TDF et ITAS TIM de Beaufort-sur-Gervanne/Puyjovent, sur la commune de Piégros-la-Clastre, qui diffusent la TNT dans la vallée de la Drôme mais aussi relaient les flux des opérateurs Orange, Bouygues et SFR ont été entièrement détruits selon les premières constatations des gendarmes. Colonnes de câbles, armoires de raccordement et baraquement abritant l’alimentation électrique et la commande informatique des pylônes ont été fortement endommagés par un incendie criminel. L’enquête est en cours.

11 H 33 : Cette nuit, un incendie criminel a détruit une partie des installations de l’émetteur TNT de Beaufort-sur-Gervanne/Puyjovent, sur la commune de Piégros-la-Clastre, dans la vallée de la Drôme.

À cette heure on ne sait pas encore lequel des deux pylônes supportant chacun une antenne-relais TNT a été visé, ou si l’intégralité des installations a été détruite. Un pylône (appartenant à TDF) diffuse les multiplex R2 et R3, un autre équipé par le groupe ITAS TIM (et financé en partie par les collectivités du territoire) les multiplex R1, R4, R6 et R7. Bref, l’intégralité des flux TNT sont ainsi diffusés à 45 000 foyers de la vallée de la Drôme.

Selon les informations du Dauphiné Libéré, la nature intentionnelle de ce sabotage ne fait aucun doute. Cette action n’a pas été revendiquée. Ce qui n’est pas le cas de l’incendie des locaux d’Enedis à Crest, dans la nuit du 8 au 9 juin, que revendique un groupe anarchiste et anticapitaliste répondant au doux nom de Kick (pour « Konspiration d’Individualités Complices et Kaotiques »), et qui appelle à « un mois de juin dangereux ».


Incendie criminel : 45.000 foyers drômois privés de TNT et de téléphone portable

France Bleu Drôme-Ardèche, 15 juin 2017 à 18:09

Des pylones TDF et de téléphonie mobile ont brûlé dans la nuit de mercredi à jeudi à Piégros-la-Clastre. Un acte sans aucun doute volontaire, qui pénalise plusieurs dizaines de milliers de foyers dans la vallée de la Drôme et le Diois. 45.000 foyers drômois sont privés de téléphone portable et de télévision via TNT. Les pylones de TDF ( Télévision de France ) et de tous les réseaux de téléphonie mobile ont brûlé à Piegros-la-Clastre la nuit dernière. La panne concerne la vallée de la Drôme et le Diois.

Des traces d’activateurs d’incendie

Pour les enquêteurs, aucun doute : c’est bien un geste criminel qui est à l’origine des incendies. Les antennes sont très difficiles d’accès, en pleine forêt, sur les hauteurs du village de Piégros-la-Clastre. Elles se trouvent dans un enclos sécurisé, fermé à clé, et qui a été fracturé. Les gendarmes ont aussi trouvé sur les lieux du sinistre des traces de produits activateurs d’incendie, type carburant ou alcool à brûler. Les analyses devront préciser la nature exacte de ces produits.

Au moins 200.000 euros de dégâts

Que ce soit TDF ou les opérateurs de téléphone portable, Free, Bouygues, Orange ou SFR , tout le monde est catastrophé : jamais des pylones n’avaient été endommagés à ce point. Le feu a entièrement détruit les câblages électriques et informatiques. Il y a au moins 200.000 euros de dégâts.

Retour à la normale indéterminé

45.000 foyers sans télévision via TNT, plus de réseau de téléphonie mobile de Crest à Die en passant par Chamaloc...les équipes de réparation sont face à un véritable casse-tête. Les réparations ont démarré dès ce jeudi matin mais il sera impossible de tout reconnecter rapidement.

Une nouvelle action des anarchistes ?

Reste aussi à déterminer qui est à l’origine de cet incendie criminel. L’ enquête est en cours mais impossible de ne pas faire le lien avec les militants libertaires qui ont déjà incendié les locaux d’Enedis à Crest il y a une semaine. Ces anarchistes l’ont revendiqué il y a quelques jours sur internet. Le groupuscule s’oppose notamment à "toutes les sociétés" où l’être humain est forcément dominé.


Sabotage par incendie de l’antenne relais : des dégâts "considérables"

Dauphiné Libéré, 16/06/2017 à 13:09

Au lendemain de l’incendie criminel de l’antenne relais de Pigeovent qui a privé 45 000 foyers de la vallée de la Drôme et du Diois, de la TNT, des réseaux mobiles ainsi que de la radio NRJ, plus de 15 techniciens mandatés par TDF s’activent sur le site dévasté.

Selon Amélie Zenone, directrice régionale des opérations chez TDF : « le réseau SFR, dont les infrastructures ont été les plus touchées, devrait être rétabli aujourd’hui vendredi. Les réseaux Free et Orange devraient très probablement fonctionner dès lundi. Le rétablissement de la TNT est programmé dans la journée ». Elle ajoutait : « C’est la première fois en France, au moins depuis ces 10 dernières années, qu’un feu criminel ravage un bâtiment de TDF ».

Présent sur place ce vendredi matin avec Gilles Magnon, maire de Piégros-la-Clastre, le député-maire de Crest Hervé Mariton confiait : « Les dégâts sont ici considérables et auraient pu être encore plus importants dans ce massif forestier. C’est un acte criminel que je condamne, qui a un coût important : plusieurs centaines de milliers d’euros. Il faut que les criminels qui ont mis le feu soient identifiés, traduits devant la justice, et condamnés ».

Les gendarmes de la section de recherches de Grenoble et de la brigade de recherches de Crest poursuivent leurs investigations pour identifier les auteurs de cet incendie criminel.