" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Allemagne : saboter les artères du capital contre le G20 de Hambourg
Article mis en ligne le 24 juin 2017
Imprimer

Allemagne. Plusieurs lignes ferroviaires incendiées

AFP, 19.06.2017 14:25

Des incendies d’origine criminelle ont endommagé dans la nuit de dimanche à lundi, plusieurs lignes ferroviaires en Allemagne. Un mobile politique en lien avec le G20 est envisagé.

Des incendies d’origine criminelle ont endommagé dans la nuit de dimanche à lundi, plusieurs lignes ferroviaires en Allemagne, a indiqué la police qui soupçonne un lien avec des opposants au sommet du G20 de Hambourg. Pour l’heure, la police a recensé une douzaine de feux qui ont éclaté entre 1h et 4h30 du matin lundi sur des systèmes de signalisation un peu partout en Allemagne, comme en Basse-Saxe, à Berlin, en Rhénanie du Nord-Westphalie et en Saxe, selon la police de Leipzig.

« Un mobile politique en lien avec le sommet du G20 (les 7 et 8 juillet) n’est pas exclu », a indiqué la police dans un appel à témoins. Des « dégradations dues à des actes de vandalisme » affectaient lundi matin plusieurs lignes, notamment entre Hambourg et Lübeck (nord), Cologne et Dortmund (ouest), Leipzig et Dresde (est) ainsi que les trains de banlieue berlinois, a précisé dans un communiqué la Deutsche Bahn, l’opérateur ferroviaire allemand.

La police est en train d’étudier l’authenticité d’une lettre de revendication, postée par un groupe baptisé « Shutdown G20 » sur linksunten.indymedia.org, une plateforme Internet dévolue à la gauche radicale et qui rassemble notamment des textes hostiles au G20. La protection de l’État, chargée de la lutte contre la violence politiquement motivée, a été saisie, rapporte encore l’agende de presse allemande DPA. Des actions similaires avaient eu lieu en 2011 en Allemagne, attribuées à l’extrême gauche qui protestait contre la présence de soldats allemands en Afghanistan.


Allemagne : Courte interruption des flux ferroviaires à l’occasion du sommet du G20 à Hambourg

A l’aube du 19 juin 2017, des engins incendiaires ont été déposés dans des puits de câbles et sur des dispositifs de signalétiques le long des rails de la société ferroviaire allemande (DB) dans les environs de Leipzig, Berlin, Hambourg, Cologne, Dortmund et Bad Bevensen (Basse-Saxe), perturbant le trafic ferroviaire pour une grande partie de la journée. La police a fait état de 13 départs de feu sur l’ensemble du réseau ferroviaire.

De nombreux trains régionaux au départ de Leipzig en direction de Wurzen, de Dresde (et Halle), de Geithain et Erfurt ont été fortement impactés, tout comme les trains internationaux en direction de la République Tchèque depuis la capitale saxonne.

En raison de ce sabotage visiblement coordonné sur le territoire fédéral, plusieurs services de police de la Saxe (dont le centre spécialisé de défense opérationnel et la protection d’État) se sont saisis de l’enquête. Des dysfonctionnements ont également été rapportés dans le système électrique des postes d’aiguillage à la gare de Neustadt et à la gare centrale de Dresde.

A Hambourg, il y aurait eu deux incendies détruisant de nombreux câbles le long des voies, l’un dans le quartier Eidelstedt et l’autre dans le secteur d’Höltigbaum, provoquant l’interruption totale des trains entre Rahlstedt et Ahrensburg sur la ligne Hambourg-Lübeck.

Concernant le sabotage incendiaire en Rhénanie du Nord-Westphalie, celui-ci aurait eu lieu à proximité de la ville de Dortmund, ce qui a conduit à des perturbations du trafic (des retards de 15-20 min) sur la ligne Dortmund-Bochum et sur trois autres lignes.

A Berlin, c’est essentiellement la circulation des trains de banlieue qui a été perturbée. L’incendie d’un câble à la station RER de ‘Treptower Park’ a paralysé la circulation de cinq lignes (S41, S42, S8, S85 et S9) à l’heure de pointe.

[Extrait de Sansattendredemain, où on trouvera également d’autres attaques contre le G20 de juillet, et la traduction du communiqué de revendication de ces sabotages de lignes ferroviaires, 2017/06/20]