" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Brest (Finistère) : l’ensemble des distributeurs de billets sabotés à la merde
Article mis en ligne le 16 juillet 2017
Imprimer

Encore des distributeurs maculés d’excréments à Brest !

Ouest France, 16/07/2017 à 06:55 (extrait)

Dans la soirée du vendredi 14 juillet, du haut de Jaurès à la place de la Liberté, à Brest, les distributeurs de billets ont été maculés d’excréments. Au grand dégoût de ceux qui avaient besoin de retirer des sous. Aucune banque d’épargnée.

« Mais c’est immonde ! Mais c’est pas vrai ! C’est qui le taré qui s’amuse à faire ça ? J’y crois pas ! Dégueulasse ! »

Vers 20 h 30, vendredi, du bas en haut de la rue Jean-Jaurès, des exclamations de dégoût ont retenti devant les distributeurs automatiques de billets. Jusqu’à la place de la Liberté, absolument aucune banque d’épargnée : le clavier, la touche « valid », la fente d’où sortent les billets, les appareils sont maculés d’excréments.

Pour retirer des sous, en plus de supporter et la vision d’horreur et l’odeur, il fallait trouver une technique : «  En appuyant avec ma clé sur les touches, j’ai réussi, confie un passant. N’empêche qu’il a réussi à bien me faire chier, l’abruti, ou les abrutis, qui ont fait ça. »...

Évidemment, on pense à ce Brestois quinquagénaire, condamné à quatre mois de prison ferme en 2015, pour avoir dégradé des distributeurs automatiques de billets en les recouvrant d’excréments contenus dans une bouteille et étalés à la spatule….

Un récidiviste « en guerre contre le système » selon les enquêteurs et qui avait, la première fois, dû verser 4 300 € aux banques. Certaines avaient dû remplacer les distributeurs, l’homme ayant pris soin d’introduire les matières fécales à l’intérieur. La police avait pu l’identifier grâce aux enregistrements des caméras de surveillance.