" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

[keufmobile en feu] : Kara et Krem restent dedans, le 3e incarcéré sort sous bracelet
Article mis en ligne le 19 juillet 2017
Imprimer

[keufmobile en feu] Compte rendu de l’audience relais du lundi 17 juillet

Indy Nantes, 19 juillet 2017

Lundi 17 juillet, se tenait une audience relais dans l’affaire de la voiture incendiée quai de Valmy. Le tribunal devait confirmer les dates de procès et statuer sur les mesures coercitives des 9 mis en examens.

Pour ceux étant sous contrôle judiciaire aucune demande n’avait été formulée par la défense. Concernant les trois derniers en détention, l’un d’entre elleux, interpelé dans les semaines suivant les faits l’année dernière, a vu sa demande de liberté accepté en fin de semaine précédente, sous bracelet électronique. Il n’a donc rien demandé à cet audience.

Concernant les deux autres, seul le compagnon emprisonné depuis février avait demandé sa mise en liberté, qui lui a été refusé au prétexte de garanties de représentation ne seraient pas assez solide et du fait qu’il ne désire pas s’expliquer sur les faits. L’avocate de l’une des prévenues a insisté sur la nécessité de débloquer le courrier, retenu ou filtré de manière beaucoup plus drastique depuis que le procureur est en charge, c’est-à-dire la fin de m’instruction.

Une quarantaine de personnes étaient présente, les inculpé-es se retrouvaient ensemble dans le box pour la première fois et semblaient réjouis de voir des personnes solidaires dans la salle. Malgré une ambiance pesante, certain-es des personnes solidaires dans la salle ont fait savoir que le sale boulot de la justice ne se passerait pas dans la normalité assommante du tribunal, répondant au juge et criant leur rage.

Dans l’attente et pour le procès, qui se déroulera du 19 au 22 septembre 2017, exprimons notre solidarité, défendons les milles et une bonnes raisons de s’attaquer à la police, à la justice et au monde qu’ils défendent, de la manière qui nous semble appropriée.

Solidarité, Liberté pour toutes et tous !