" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Saint-Genis-de-Saintonge (Charente-Maritime) : le shériff rossé par des apaches place du champ de foire
Article mis en ligne le 26 juillet 2017
Imprimer

Le maire de Saint Genis de Saintonge agressé par un groupe de jeunes

France Bleu La Rochelle, 25 juillet 2017 à 17:04

Jacky Quesson, le maire de St Genis de Saintonge, s’est fait agressé lundi vers 19h30. Il a été roué de coups par des jeunes de sa commune. Un groupe qui commettrait des incivilités depuis plusieurs semaines déjà.

L’agression a eu lieu place du champ de foire, en plein centre-bourg. Jacky Quesson, le maire de St Genis de Saintonge, va pour sermonner des jeunes. Ils auraient abîmé les fenêtres de l’école maternelle voisine. Mais le ton monte rapidement et l’élu est frappé plusieurs fois. Il réussit à crier et a appelé au secours. C’est un voisin qui arrive et qui vient l’aider.

Jacky Quesson a été à l’hôpital pour des examens. Il a une côte et un doigt cassés. "Mais il est solide" ajoute Michel Doublet, le président de l’association des maires de Charente-Maritime qui l’a eu au téléphone. Jacky Quesson va porter plainte, et l’association va le soutenir dans ses démarches.

Des jeunes à l’origine d’incivilités

Les jeunes de 14 à 20 ans font parler d’eux dans la commune depuis plusieurs semaines déjà. "Ils sont désœuvrés, ils ont déjà commis des dégradations" expliquent des commerçants.

Les agressions d’élus heureusement sont rares en Charente-Maritime. "Il y a bien un maire ou deux par an qui se fait gifler ou insulter, mais ça ne va jamais aussi loin" reconnait Michel Doublet, président de l’association des maires de Charente-Maritime. "Etre élu, c’est parfois difficile, on est des boucs-émissaires." ajoute-t’il.


Maire agressé en Charente-Maritime : trois jeunes en garde à vue

charentelibre, 28 juillet 2017 à 10h07.

Suite à la violente agression dont avait été victime lundi Jack Quesson, le maire de Saint-Genis-de-Saintonge (sud de la Charente-Maritime), trois jeunes ont été placés en garde à vue ce vendredi matin, selon nos confrères de sud Ouest qui révèlent que deux ont été interpellés entre 7 heures et 8h30 et un troisième, se sachant recherché, s’est présenté spontanément.

Le maire avait été passé à tabac par un groupe de jeunes lundi soir, dans sa commune, sur une place où ces derniers avaient pris l’habitude de se retrouver. L’élu avait dû être hospitalisé et le bilan médical assez sérieux:une côte fracturée, un tendon de l’annulaire droit sectionné, des douleurs dans le dos, des contusions sur tout le corps et un mois d’Incapacité totale de travail (ITT).

Après avoir été alerté par des riverains signalant des dégradations, le maire était allé à la rencontre du groupe pour "discuter et tenter d’en savoir davantage". avant que les choses tournent.

Cette agression avait suscité de très nombreuses réactions, notamment des dizaines d’élus qui ont signifié leur soutien à leur collègue.