" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Saint-Malo (Bretagne) : la flicaille se lâche contre Damien Camélio [mis à jour]
Article mis en ligne le 31 juillet 2017
Imprimer

Mise à jour :
Suite à son récit, Damien a reçu une convocation pour se rendre au commissariat de police de saint-malo le 15 septembre 2017 afin de répondre à des accusations de diffamation publique envers dépositaires de l’autorité publique.
On peut lire le texte "Une infâme diffamation" sur cette suite ici.


Nouvelle garde à vue et tabassage en règle du compagnon Damien Camélio

Le compagnon Damien Camélio qui vient de sortir de la prison de Fleury-Mérogis le 29 juin dernier a subit un guet-apens puis un tabassage en règle de la part des fonctionnaires de police Grenot, Remond, Cuzon et Lecorvaisier de Saint-Malo dans la nuit du samedi 29 juillet 2017 au dimanche 30 juillet 2017.

Après 36h de GAV le compagnon est sorti avec de graves lésions et une convocation au TGI de Saint-Malo pour y être jugé d’outrage et rébellion le 13/03/2018 à 13h30

Mise-à-jour, 01/08/2017 à 22h13 :

Le compagnon vient de sortir de l’hopital aujourd’hui 01/08/2017 à 19h, les lésions les plus graves sont une fracture de la diaphyse du 5e métacarpe (main droite) justifiant 42 jours d’ITT et le tympan droit perforré pouvant entrainer des séquelles irréversibles (surdité).


On peut lire son récit sur Indy Nantes ici