" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Florence, Rome et Lecce (Italie) : 8 compagnon-ne-s arrêtés dans le cadre d’une nouvelle procédure antiterroriste [mis à jour]
Article mis en ligne le 4 août 2017
Imprimer

[Mise à jour : Ce matin samedi 5 août s’est tenue l’audience de validation des incarcérations (équivalent du JLD ici). Six des compagnons anarchistes arrêtés au matin du 3 août sont sortis de prison. Il reste donc Salvatore Vespertino dans la prison de Florence et Pierloreto Fallanca dans celle de Lecce.]

Italie : perquises, expulsions et arrestations dans le cadre d’une procédure antiterroriste

Indy Nantes, 3 août 2017

Au petit matin, ce jeudi 3 août 2017, les flics ont défoncé les portes de plusieurs maisons (occupées ou louées), à Florence, Rome et Lecce, pour arrêter huit compagnons et compagnonnes anarchistes de Florence

Selon la presse, il s’agit du résultat de l’enquête menée par la DIGOS et l’antiterro, pour deux épisodes. Le premier, un engin explosif déposé devant une librairie liée à Casapound (groupe d’extrême droite) pendant la nuit du nouvel an dernier, où le flic-artificier a perdu une main et un œil au cours de l’opération de déminage. Le second pour le jet d’un cocktail Molotov contre une caserne des carabinieri (gendarmes) à Rovezzano (Florence) le 21 avril dernier. Ils disent avoir procédé à l’identification par le biais d’écoutes téléphoniques, de filatures et de prélèvements de matériel biologique (ADN).

Les chefs d’inculpation sont : « tentative d’homicide » pour les cinq de la première affaire et « construction, détention et transport dans un lieu public d’un engin explosif ou incendiaire » ainsi que « dégradation aggravée » pour tou-te-s, le tout assaisonné d’une « association de malfaiteurs »... Les flics seraient encore à la recherche d’autres personnes. La presse, en charognards, a publié le nom complet ainsi que l’âge et la ville d’origine et de résidence de chacune des personnes arrêtées.

Durant la perquisition du squat de la Riottosa, les compagnons et compagnonnes sont allé-e-s sur le toit pour résister pendant plusieurs heures aux arrestations et à l’expulsion du lieu, occupé depuis dix ans, tandis que d’autres personnes manifestaient leur solidarité aux abords du lieu assiégé par les flics.

Liberté pour Giovanni, Marina, Micol, Nicola, Pasca, Robi, Sandro, Vespe !
Liberté pour tou-te-s !


Note : le second squat perquisitionné se nomme La Caura, et est situé à Roca Vecchia-Lecce, dans les Pouilles. Il venait d’ouvrir dix jours plus tôt. L’après-midi même s’est tenu un rassemblement d’une trentaine de personnes solidaires devant la prison de Lecce, où il sont venus chercher Paska, un des huit arrêtés.

Voici les adresses pour écrire aux anarchistes incarcérés dans cette opération :

Salvatore Vespertino
C.C. Sollicciano
Via Minervini 2r
50142 Florence
Italie

Pierloreto Fallanca (Paska)
Via Paolo Perrone 4
73100 Lecce
Italie