" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Vintimille (Italie) : révolte de migrants contre les matons des frontières
Article mis en ligne le 10 août 2017
Imprimer

Mercredi 2 août, un groupe de migrants qui tentait de passer la frontière à Vintimille a été repoussés par les gardes-frontières français. Ils ont immédiatement été transférés à la caserne des carbinieri. Mais une fois arrivés dans les locaux des forces de l’ordre, sept d’entre eux (tous d’origine soudanaise) se sont mis à saccager tout le mobilier qui était sous leurs yeux, en réussissant notamment à détruire le châssis de la vitre blindée et à arracher le cadre de la porte blindée d’accès à la salle de rétention. Dex policiers et deux carabinieri, qui ont tenté de mettre fin au saccage, se sont mangés des coups.

Les sept ont comparu le lendemain au tribunal d’Imperia et ont été condamnés à dix mois de prison avec sursis. Ils ont tous été transférés peu de temps après dans les CIE (Centres d’Identification et d’Expulsion), dont bon nombre de ces camps sont gérés par les charognards de la Croix-Rouge. Une procédure d’expulsion vers leur pays d’origine est d’ores et déjà lancée.

Solidarité totale avec tous les insoumis à ce monde de frontières et de prisons !

[Reformulé de la presse italienne par Sansattendredemain, 2017/08/10 ]