" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Marseille : le SPIP perd ses vitres en solidarité
Article mis en ligne le 18 septembre 2017
Imprimer

" Moins de bracelets, plus de courants d’air !"

Indy Nantes, 18 septembre 2017
Lieux : marseille

" Moins de bracelets, plus de courants d’air !" pouvait-on lire sur le parvis de l’antenne interrégionale du Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation (S.P.I.P) au matin du 11 septembre.

Toutes les vitres des deux entrées situées rue Négresko et rue Paulet ayant été brisées, ce lieu infâme devait sentir moins le renfermé qu’à l’ordinaire.

On pense au procès qui commence demain à Paris. Complicité avec celles et ceux qui ne feront pas de pas en arrière.

Des banques aux voitures de flics en passant par les locaux des fascistes, il y a tant à détruire...

massette et massette