" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Besançon (Doubs) : Petite balade pour bien commencer la semaine...
Article mis en ligne le 29 septembre 2017
Imprimer

Petite balade pour bien commencer la semaine...

Indy Nantes, 29 septembre 2017

Lundi, on s’est retrouvé.e.s pour une petite balade sauvage au centre-ville. On a saisi l’occasion pour affirmer notre dégoût de la propriété et de leurs défenseurs en repeignant les façades de plusieurs agences immobilières à Saint-Amour, quartier huppé du centre où les riches se sentent si en sécurité...

On a poursuivi notre virée et après notre passage, les murs avaient l’air moins terne : «  La vie est courte, soyons sauvage ; Solidarité avec Kara et Krem ; Liberté pour Kara et Krem ; A bas la politique, vive la vie ! ; Feu aux prisons ; En marche on crève... »

Pour finir, on a ressenti le besoin de nous solidariser avec les personnes qui luttent à Bure contre la poubelle nucléaire et chez qui, il y a quelques semaines, les bleus ont débarqué afin de fouiller les moindres recoins de leur intimité. Alors le siège d’ENEDIS s’est fait repeindre. Avec quelques œufs et slogans : « Enfouissons CIGEO » et « Solidarité avec la lutte anti-CIGEO à Bure ».

Et on reviendra, parce qu’on est relous... et que ce monde (du travail) nous donne la gerbe !

PS : la plupart des graffs ont été effacés dès le lendemain. Mais un d’eux résiste encore à la brigade anti-tags... Seulement, a-t-elle dans ses rangs un agent qui pratique l’escalade ??