" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Athènes : les procureurs aussi ont un nom et une adresse
Article mis en ligne le 27 novembre 2012
Imprimer

Attentat contre le domicile d’un magistrat grec

Reuters, jeudi 22 novembre 2012 15h23

ATHENES - Une bombe de faible puissance a explosé tôt jeudi matin devant le domicile d’un procureur adjoint grec à Athènes sans faire de victime, a annoncé la police.

Le magistrat dont le domicile était visé, Paraskevi Kalaitzi, a instruit une série d’affaires criminelles retentissantes, dont l’enlèvement en 2009 d’un magnat du transport maritime.

"Nous n’avons pas encore une image claire de la situation. Cela relève peut-être du droit commun, peut-être du terrorisme", a dit un policier sous couvert d’anonymat.

L’examen des enregistrements des caméras de surveillance est en cours.

La déflagration a percé la porte d’entrée de la maison et soufflé les vitres de sept habitations et six voitures, a-t-on précisé de source policière.

Ces dernières années, alors que la Grèce s’enfonçait dans la crise économique, plusieurs attentats de ce type, ainsi que des incendies criminels, ont visé des banques, des entreprises étrangères, des centres des impôts et des notables.