" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Patras (Grèce) : la rafle et la Formule 1
Article mis en ligne le 4 octobre 2012
Imprimer

Grèce : 200 sans papiers arrêtés au port de Patras

AFP, 02/10/2012 à 14:43

Deux cents migrants sans papiers ont été arrêtés par la police grecque à Patras dans le cadre de la poursuite d’un coup de balai contre l’immigration illégale. La majorité de migrants arrêtés étaient des Bangladais, Pakistanais, Afghans et Maghrébin vivant à Patras, à 150 km au sud-ouest d’Athènes. Ils doivent être transférés dans un camp militaire converti en partie récemment au centre de rétention à Corinthe, une ville à 80 km au sud d’Athènes.

Principal port grec qui relie le pays à l’Italie, Patras est un lieu de transit régulier des migrants arrivant en Grèce et à destination de l’Europe occidentale.


Un Grand Prix de F1 en Grèce ?

RMC Sport, 03/10/2012

Le ministère grec du développement a annoncé, par la voie de son bureau de presse, avoir débloqué 28,9 millions d’euros pour subventionner la construction d’un circuit de Formule 1 près du port de Patras (nord-ouest). Un projet étonnant alors que le pays traverse une crise économique sans précédent, même si le patron de la F1 Bernie Ecclestone s’est déjà dit favorable à la tenue d’un Grand Prix en pays hellène. En tout, le montant total de la construction du circuit (qui pourra également accueillir des courses de moto et de kart) s’élèverait à 94 millions d’euros.