" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Kifissia (Athènes) : un centre des impôts vole en éclats
Article mis en ligne le 26 septembre 2013
Imprimer

Une bombe artisanale explose devant un centre des impôts à Athènes

Francetv info avec AFP, 26/09/2013 | 08:42

Un attentat à la bombe a touché un centre des impôts du nord d’Athènes (Grèce), jeudi 26 septembre au matin, rapporte une source policière. L’explosion, survenue vers 4 heures (heure française) dans le quartier de Kifissia, une banlieue aisée de la capitale grecque, n’a pas fait de victimes.

Des appels anonymes d’avertissement à un site internet, un quotidien national et au numéro d’urgence de la police ont été passés une demi-heure avant l’explosion. Selon le site d’information Zougla.gr, qui a reçu l’un de ces appels, l’engin explosif avait été déposé dans un sac de voyage à l’extérieur du bâtiment et a provoqué de nombreux dégâts matériels.

Cette attaque intervient au lendemain de grandes manifestations antifascistes dans la capitale grecque. Ce type d’attentat, sans victimes la plupart du temps, contre des cibles diplomatiques, politiques, des services publics ou des agences bancaires sont fréquents dans le pays. La police les impute souvent à la mouvance extrémiste ou anarchiste locale.