" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Athènes : Attaque incendiaire contre le siège d’Aube Dorée à Marousi
Article mis en ligne le 31 décembre 2014
Imprimer

Alors que la crise économique s’approfondit toujours plus ces dernières années, on peut observer une mobilisation généralisée, tant au niveau international que local. En ce qui concerne ce dernier, et en particulier depuis 2010, nous voyons comment une attaque totale est menée contre la base de la société, redessinant par là la carte des classes. Cette attaque est portée contre le monde du travail, elle sape les conditions essentielles de survie et soutient une redistribution violente de la richesse, avec pour unique objectif le sauvetage et la reproduction du Capital. Les résistances sociales ont du affronter et affrontent l’évolution du modèle de répression vers un tournant plus autoritaire, qui cherche à contrôler celles et ceux qui résistent. C’est dans ce contexte (et pour lui) que le système a fait émerger sa réserve fasciste.

Le rôle d’Aube Dorée, au niveau économique, n’est autre que celui de soutenir les intérêts du Capital (par exemple, les demandes des parlementaires nazis en faveur des magnats au Parlement Grec), de mettre en pratique le nouveau modèle de travail basé sur le chantage (voyez le cas de la proposition de créer un bureau pour l’emploi réservé aux grecs, où la main d’œuvre à bon marché et la flexibilité des relations de travail feraient pâlir d’envie jusqu’à la Ligue des Entreprises et des Industries). De plus, la recomposition de la classe des citoyens loyaux (comme le cas du syndicat fasciste des taxis) est un objectif primordial, puisque les alliances « paisibles » sont celles qui permettent de créer un faux « dialogue social » pour la promotion de leurs intérêts. Au niveau politique (institutionnel), Aube Dorée est un pilier fondamental pour le maintien du système (mais toujours avec un profil ”antisystème”), qui joue le rôle de laquais et d’autre bras de ces intérêts au sein des organes institutionnels.

Au niveau social, les nazis cherchent l’affrontement au sein de la classe des opprimé-e-s. Dans chaque quartier où les nazis n’ont pas trouvé face à eux un mouvement antifasciste sans médiations et de base, ils ont créé un régime de terrorisme, avec des bataillons de choc pour faire leurs harcèlements, avec des pogroms contre les migrant-e-s, des attaques contre celles et ceux qui luttent, les homosexuel-le-s et tou-te-s celles et ceux qui diffèrent de leurs standards.
Nous pensons que la lutte antifasciste doit être polymorphe, sans médiation d’intérêts de partis, offensive et avec des caractéristiques de classe. Ce n’est qu’ainsi que l’on peut être une menace pour toutes les formations fascistes, qu’elles soient étatiques ou para-étatiques.

C’est pourquoi, le 25 décembre 2014, quelques heures après la première activité publique annoncée par les nazis dans leur nouveau siège du secteur nord d’Athènes, nous avons choisi de les attaquer avec un engin explosif placé devant la porte du local, dans la rue Grammou du quartier de Marousi.
Nous ne cèderons pas un bout de terrain aux fascistes ni à la diffusion de leur haine raciale, et ne permettrons pas qu’ils rentrent dans nos quartiers. Dans les villes et dans les quartiers, il n’y a de place que pour celles et ceux qui résistent contre l’imposition du fascisme comme condition sociale.

Des anarchistes contre la fascisation sociale.

[Contrainfo, December 31st, 2014]