" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Genève : attaque contre le centre de formation de la police, quatre fourgons réduits à néant
Article mis en ligne le 13 octobre 2014
Imprimer

Quatre fourgons de police incendiés à Carouge

Tribune de Genève, 13.10.2014, 12h32

Les quatre véhicules étaient parqués devant le centre de formation des forces de l’ordre. La piste de l’incendie intentionnel est privilégiée.

Dans la nuit de dimanche à lundi, quatre fourgons banalisés de la police genevoise ont été incendiés dans la cour du centre de formation des forces de l’ordre, situé au 24 route de Veyrier, à Carouge. Il était 3h20, lorsque la centrale d’alarme du Service d’incendie et de secours (SIS) a été alertée. « Quatre véhicules et 11 hommes ont été immédiatement dépêchés sur place », indique le commandant du SIS, Nicolas Schumacher. Deux lances ont été déployées pour éteindre les quatre véhicules en feu. A 5h20, l’intervention était terminée.

« J’ai été réveillé par un bruit semblable à celui que fait un lance-flammes, puis il y a eu une explosion sourde, sans doute un pneu, raconte un habitant de l’immeuble donnant sur le parking où les camionnettes ont été incendiées. Quand je suis allé voir à la fenêtre, le feu venait de prendre. Je n’ai vu ni entendu personne dans la cour. Heureusement que les flammes ne sont pas propagées aux autres voitures et aux immeubles... »

Aucun blessé

« Par chance, il n y a pas eu de blessés, rapporte Jean-Philippe Brandt, porte-parole de la police. Ces véhicules servaient au transport d’aspirants policiers. Ils ont été complètement détruits. C’est la première fois que nous sommes victimes d’un tel acte. »

La brigade de police technique et scientifique s’est rendue sur les lieux et la brigade des vols et incendies de la police judiciaire a ouvert une enquête. La piste de l’incendie intentionnel est privilégiée. Pour l’heure, les causes du sinistre ne sont toujours pas connues.