" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Colmar : appel de l’Inra sur le saccage de vignes OGM
Article mis en ligne le 1er décembre 2009
Imprimer

Colmar : appel de l’Inra qui veut être mieux indemnisé

DNA, Mar 1 déc. 2009

L’Institut national de recherche agronomique a fait appel pour obtenir des indemnités, après la condamnation mi-novembre d’un militant anti-OGM Pierre Azelvandre qui a détruit 70 plants de vigne transgénique à Colmar, a-t-on appris ce mardi auprès de l’avocate de l’Inra.-

Le biologiste alsacien avait été condamné le 19 novembre à 2.000 euros d’amende et un euro symbolique de dommages et intérêts.-

Une peine de quatre mois de prison avec sursis et une amende de 1.000 euros avaient été requises à l’audience du 7 octobre au tribunal correctionnel de Colmar.-

L’INRA avait regretté à l’issue du jugement que le préjudice matériel subi par l’Institut ne soit pas pris en compte et s’était réservé la possibilité de faire appel. La direction avait considéré que « le signal donné n’est pas suffisamment fort vis-à-vis de ceux qui commettent ce genre d’infractions et mettent ainsi en danger la recherche publique ».-

Pierre Azelvandre, 46 ans, a été reconnu coupable de « destructions de biens destinés à l’utilité publique », un délit passible de trois ans et demi de prison et 45.000 euros d’amende.-Le militant, qui avait déjà introduit des centaines de recours contre des expérimentations OGM, s’en était pris le 7 septembre « au nom de la protection de l’environnement », à une parcelle de vigne de 30 m2 dans l’enceinte de l’unité colmarienne de l’INRA. Il avait déclaré que son geste était destiné à « provoquer un débat public sur les OGM face au »silence« qu’il reprochait à l’INRA sur son expérimentation menée depuis 2005.-

Le saccage des plants transgéniques avait été condamné par les autorités, des Associations viticoles et le sénateur vert du Haut-Rhin Jacques Muller.-

**********

Vignes saccagées : des antécédents ?

Le militant anti-OGM Pierre Azelvandre vient d’être condamné pour avoir coupé 70 porte-greffes d’un essai OGM de l’INRA de Colmar, en septembre dernier. Quatre ans après les faits, il soutient avoir détruit d’autres plants colmariens. Il ne se réclame d’aucun syndicat, il affirme agir seul.