" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Brech (Morbihan) : et un portique ecotaxe de plus qui flambe !
Article mis en ligne le 11 juin 2014
Imprimer

Ecotaxe : un incendie endommage un portique

AFP, 11/06/2014 à 09:18

Un portique écotaxe situé sur la Nationale 165 entre Lorient et Vannes en Bretagne a été endommagé dans la nuit par un incendie volontaire et des déviations ont été mises en place afin de permettre son démontage, a-t-on appris auprès de la gendarmerie.

Le portique situé à Brech (Morbihan) a été la cible vers minuit d’un incendie avec deux pneus à sa base, selon les gendarmes.

Pour permettre son démontage la N165 a été coupée à la circulation dans les deux sens et des déviations ont été mises en place, a-t-on appris auprès des gendarmes et du Centre régional d’information et de coordination routière (CRICR) Ouest.

De même source on précise que des bouchons se sont formés, atteignant vers 08h00 cinq kilomètres dans le sens Lorient-Vannes et de quatre kilomètres dans le sens Vannes-Lorient.

La semaine dernière un portique écotaxe situé sur la N176 entre Dinan et Saint-Brieuc avait été endommagé de la même manière avant d’être lui-aussi démonté (voir ici).

Plus d’une dizaine de portiques ont été endommagés ou ont été rendus inopérants dans l’Ouest depuis l’été dernier, selon un décompte de l’AFP.