" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Rennes : les commerçants pas solidaires des No-Tav !
Article mis en ligne le 24 mai 2014
Imprimer

Manifestation : Des rues commerçantes dégradées à Rennes

Ouest France, samedi 24 mai 2014 20:10

Une cinquantaine de personnes, manifestant contre un projet de TGV en Italie, ont semé la pagaille cet après-midi, dans les rues de Rennes, au milieu des nombreux passants.

C’est vers 16 h, que les manifestants, portant des masques en papier mâché, ont envahi les rues de Rennes en jetant des boules de peinture et en taguant des vitrines. Rue de la Monnaie, une des rues les plus fréquentées en ce samedi après-midi, ils ont brisé des vitrines et barbouillé des façades entières de peinture.

Des distributeurs automatiques de billets ont été rendus inutilisables. Des commerçants de la rue se sont indignés contre la violence de l’opération et la frayeur qu’elle a provoquée chez les passants.

La manifestation n’était pas prévue. Elle a été organisée pour protester contre les poursuites judiciaires engagées contre des militants italiens qui luttent depuis des années contre le projet d’un train à grande vitesse dans la vallée de la Suse.


Rennes. Manifestation en soutien aux militants de " No Tav "

Le Télégramme, 24 mai 2014 à 20h03

Samedi, environ 130 personnes, selon la police, ont manifesté à Rennes en soutien à quatre militants Italiens du mouvement "No Tav ", opposés au projet de ligne TGV entre Lyon et Turin. Accusés de dégradations dans le but de ralentir les travaux, ils sont en détention provisoire depuis cinq mois.

Les manifestants d’extrême gauche, dont certains avaient le visage masqué, se sont regroupés vers 15 h au niveau de la place de la gare, avant de prendre la direction du centre-ville. Sur le parcours de la manifestation des façades ont été taguées. Au niveau de la rue de la Monnaie, alors que les esprits s’échauffaient, les policiers ont dû faire usage de gaz lacrymogène. La manifestation s’est finalement dispersée vers 17 h sans autre incident.


Vandalisme à Rennes. Les réactions de la maire et de l’opposition

Ouest France, 26.05.14 15h19

La maire de Rennes, Nathalie Appéré condamne les actes de vandalisme perpétrés samedi à Rennes. L’opposition dénonce l’attentisme du gouvernement face à l’extrême gauche.

Samedi vers 16 heures, un groupe d’une cinquantaine de personnes a manifesté dans les rues de Rennes en jetant des boules de peinture et en taguant vitrines et devantures de magasins. Les manifestants protestaient contre les poursuites engagées contre des militants italiens, qui refusent le projet d’un TGV dans le val de Suse.

La maire socialiste de Rennes, Nathalie Appéré, "tient à exprimer toute sa sympathie et son soutien aux commerçants et aux Rennais témoins des scènes de vandalisme. J’ai témoigné auprès du préfet mon soutien sans réserve aux forces de l’ordre (...)."

Bruno Chavanat, chef de l’opposition de droite, s’interroge : "Pourquoi les forces de l’ordre n’ont-elles rien empêché ? Le but de l’opération est d’enclencher une spirale de violence. Le gouvernement et ses représentants prennent une lourde responsabilité en laissant faire. L’attentisme des pouvoirs publics crée un profond sentiment d’injustice."