" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Chelles (Seine-et-Marne) : ni police ni règlement intérieur
Article mis en ligne le 14 mai 2014
Imprimer

Chelles : échauffourées entre lycéens et policiers à Bachelard

Le Parisien | 12.05.2014, 16h15

Les policiers sont intervenus devant le lycée Gaston Bachelard de Chelles (Seine-et-Marne) ce lundi matin où des élèves s’étaient rassemblés pour manifester leur mécontentement contre le durcissement du règlement intérieur de leur établissement. Une manifestation pacifique qui a dégénéré.

Des éléments incontrôlables ont commencé à jeter des bouteilles et autres projectiles sur les voitures. Les policiers ont dû faire usage de leurs flash-balls pour repousser les émeutiers. Alors que les choses se calmaient, un petit groupe a envahi le jardin d’un pavillon, rue de Rome, et a commencé à dépaver l’allée pour lancer les projectiles sur les policiers. Ces derniers ont dû reprendre possession du terrain en faisant à nouveau usage de flash-ball. Une jeune fille a été touchée sans gravité à la hanche par une balle en caoutchouc. Elle a refusé son transport par les pompiers.


Chelles : 200 ados rassemblés devant le lycée Bachelard

Le Parisien | 13.05.2014, 15h24

L’ambiance reste devant le lycée Gaston-Bachelard à Chelles. Au lendemain d’échauffourées entre jeunes et policiers, devant l’établissement, deux cents adolescents sont rassemblés depuis ce matin devant la grille du lycée. Selon nos informations, la plupart sont des élèves de Bachelard, une quinzaine non. Sur place, nous avons pu constater que, capuche sur la tête certains transportent des pierres dans leur sac à dos voire des chaînes.

La police exerce une surveillance discrète de la rue. A 10 h 30, ce mardi matin, aucun incident n’était à déplorer.

Lundi matin, après qu’un groupe a cadenassé le portail du lycée, des échauffourées ont éclaté entre émeutiers, dont certains cagoulés, et policiers devant l’établissement. Les forces de l’ordre ont dû faire usage de leur flash-ball pour venir à bout des manifestants, dont certains lançaient des fumigènes. Sept jeunes gens ont été interpellés et placés en garde à vue. Deux d’entre eux ne fréquentent pas l’établissement.

En cause, le durcissement du règlement intérieur de l’établissement décidé par le conseil d’administration. Désormais, les portes du lycée se ferment à 8 h 20 et ne rouvrent qu’à l’heure suivante. Une mesure destinée « à anticiper et à éviter d’éventuelles intrusions comme celles qui ont eu lieu, il y a deux mois, au lycée Jehan de Chelles », expliquait lundi le proviseur, Osvald Duenas.