" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Nancy : tags géants à la fac, « Mort aux patrons » & « Brûles ta préfecture » [mis à jour]
Article mis en ligne le 12 mai 2014
Imprimer

Nancy : dégradations à la Fac de Lettres, une organisation étudiante réagit

ICI-C-NANCY, 12 mai 2014 11:24

Fédélor, première organisation représentative des étudiants de l’Université de Lorraine a réagi aujourd’hui concernant les dégradations et tags commis sur le campus lettre de Nancy vendredi 9 mai. L’Université de Lorraine devrait déposer plainte aujourd’hui.

Les faits se sont déroulés vendredi 9 mai à la Faculté de Lettes de Nancy, plusieurs façades des bâtiments de l’Unversité ont essuyé une série de tags commis par des vandales qui n’ont pas été identifiés, parmi les inscriptions « Brûles ta préfecture », « Révolution sociale et libertaire » ou encore « Brûles ta préfecture ». [mais aussi « Valls = Facho », « Pas de guerre entre les peuples pas de paix entre les classes », selon la photo]

Des dégradations pour lesquelles, la Fédélor, première organisation de représentation des étudiants de l’Université de Lorraine s’est exprimée pour condamner « fortement tout acte de dégradation et de vandalisme au sein de notre université à des fins politiques ou autres car il ne s’agit que d’une attaque envers les principaux usagers des lieux : les étudiants ».

Dans un communiqué transmis aujourd’hui, l’organisation regrette « l’image offerte par un tel spectacle ainsi que ses conséquences sur la perception des étudiants par la société ». « Les injures à des institutions publiques les menaces envers une population ciblée et d’une manière générale, tout appel à la violence ne sauraient représenter les étudiants de l’université de Lorraine et ne sont que le fruit de groupuscules hostiles à la cause des étudiants et à notre communauté. Les bâtiments de l’université de Lorraine sont des bâtiments publics qui ne sauraient servir de cibles à des revendications politiques appelant à la violence d’autant plus qu’ils sont entretenus aux frais de tous les citoyens » déclare-t-elle encore.

De son côté l’Université de Lorraine, contactée par nos soins, a confirmé les faits ce matin et indiqué qu’une plainte serait déposée au commissariat Lobau à Nancy « ces prochaines heures ».

Les tags, encore visibles devraient être effacés cette semaine.


Nancy : des tagueurs ciblent Voies navigables de France (VNF) près de la Fac de Lettres

ICI-C-NANCY, 13 mai 2014 07:08

Mauvaise série  ! Les tagueurs de vendredi ne s’étaient pas contentés de réaliser des tags géants sur les façades de la faculté de Lettres de Nancy, ils ont également pris pour cible et dégradé les façades du bâtiment de la Direction interrégionale des Voies Navigables de France (VNF) de Nancy situé au 28, boulevard Albert 1er. Alertée, la police s’est déplacée sur place vendredi afin de constater les dégradations commises à l’aide d’une bombe de peinture noire.

Partout des inscriptions telles que « Crève l’état » ou encore « Zad » écrites à plusieurs reprises sur les murs, mais également sur les carrosseries de onze véhicules stationnés avenue Milton à Nancy et propriétés de VNF.

Une plainte a été déposée lundi matin par les services de VNF au bureau de Police Saint Léon à Nancy, une enquête est en cours.