" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

L’amour des bergers pour les troupeaux est sans limites
Article mis en ligne le 2 février 2015
Imprimer

Un ancien membre du NPA devient « plume » du FN à Paris

Le Figaro, 30/01/2015 à 19:07

Aurélien Legrand, ex-militant de la LCR et du NPA, assure depuis septembre la communication du Front National, à Paris. Un nouveau transfuge passé sous pavillon FN, où l’on continue de débaucher à droite comme à gauche.

Le Front national continue de ratisser large. Outre les récents ralliements de l’ex-responsable UMP et cofondateur de GayLib, Sébastien Chenu, et de l’ancien secrétaire général de l’UDI pour la Seine-Saint-Denis, Julien Odoul, le parti de Marine Le Pen dispose d’une nouvelle recrue : Aurélien Legrand, ex-membre de la Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR) et du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), dorénavant en charge de la rédaction des communiqués du FN à Paris, comme le rapporte l’Opinion.

Un acte contestataire

Aurélien Legrand, 30 ans, ancien candidat pour la LCR lors des élections municipales de 2008, et pour le parti d’Olivier Besancenot aux municipales de 2010, a rejoint le Front National en septembre dernier. Celui qui met, depuis, ses talents d’écriture au service de la communication du parti lepéniste à Paris, assume sa volte-face. « On retrouve (au FN) la défense des sans-voix, des petits, des sans-grade, de ceux auxquels personne ne s’intéresse et que le système broie », explique-t-il.

Ce diplômé en histoire et en anthropologie, qui voit aujourd’hui le NPA comme un mouvement « sectaire, profondément conservateur » et marqué par un « dogmatisme obscurantiste ». a tapé à la porte de Wallerand de Saint-Just, patron de la fédération FN à Paris, trois ans et demi après son départ de la formation d’extrême gauche. « Ou bien c’était un espion bolchevique ou bien il était sincère », rapporte l’actuel trésorier du FN. « J’ai vu en face de moi un garçon brillant qui avait envie de faire quelque chose pour son pays. Le fait de venir au Front national est déjà un acte d’anticonformiste ! J’ai donc décidé de lui faire confiance. » souligne-t-il. Contacté par Le Figaro, l’ancien candidat à la mairie du Paris précise également qu’« Aurélien Legrand incarne l’exemple même de ce qu‘est le Front National, un parti transversal qui échappe au clivage traditionel entre la droite et la gauche française ».

Un revirement politique déjà expérimenté

Des cadres du NPA ont confié ne pas connaître ce jeune homme, qui n’aurait, semble-t-il, pas laissé un grand souvenir au sein du parti anticapitaliste. Contactée par Libération, sa porte-parole, Christine Poupin, juge que « s’il a vraiment participé au NPA, il n’a pas dû y être hyperactif ».

Toujours est-il que l’annonce de ce nouveau transfert, qui survient à la veille de l’ouverture du congrès du NPA, se tenant jusqu’à dimanche, n’est pas inédit. La nouvelle plume frontiste, qui se présente sur son compte Twitter comme « responsable des actions catégorielles de la Fédération FN/RBM de Paris et secrétaire du XIIIe arrondissement de Paris », n’est pas le premier à opérer un tel revirement. Ce fut précedemment le cas de Fabien Engelmann, actuel maire FN de Hayange, ou encore de Vénussia Myrtil, jeune étudiante en psycho, devenue une icône dans l’entourage de Marine Le Pen.


La plume du FN à Paris était membre fondateur du NPA

Europe1, 29 janv. 2015 à 17:29

CHANGEMENT DE BORD - C’est un revirement total qu’a décidé d’effectuer Aurélien Legrand. Comme le révèle l’Opinion le 29 janvier, cet ancien membre du NPA a rejoint l’équipe du Front national à Paris pour devenir la plume de Wallerand de Saint-Just.

Candidat aux élections municipales de Paris en 2008 sous les couleurs de la Ligue Communiste Révolutionnaire, Aurélien Legrand avait ensuite participé au lancement du Nouveau Parti Anticapitaliste en 2009. Il quitte le parti en 2010 suite au décès de Daniel Bensaïd. Mais il décide finalement de rejoindre en 2013 le Front national. Pas de souci de cohérence selon lui puisque les deux partis prennent "la défense des sans-voix". Il explique au quotidien : "On retrouve dans les deux partis la défense des sans-voix, des petits, des sans-grade, de ceux auxquels personne ne s’intéresse et que le système broie."

Il avoue d’ailleurs facilement qu’il lisait déjà à l’époque les tracts de Jean-Marie Le Pen "en cachette". Il affirme également qu’il a trouvé au Front national "une ouverture d’esprit qu’il n’y avait pas au NPA".

Désormais, Aurélien Legrand rédige de nombreux communiqués dénonçant la politique d’Anne Hidalgo à Paris en utilisant fréquemment des jeux de mots comme lors d’un communiqué sur le budget participatif de la maire de Paris qu’il avait intitulé "Anne au pays des merveilles".