" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Nijni Novgorod (Russie) : actualisation sur Ilya Romanov, incarcéré et blessé suite à une tentative d’attaque explosive
Article mis en ligne le 1er mai 2014
Imprimer

[Le dimanche 27 octobre 2013 à l’aube, un engin artisanal a explosé devant le bâtiment du bureau de recrutement de l’armée de la ville russe de Nijni Novgorod [Nizhny Novgorod, en translittération anglaise du russe], sectionnant le poignet gauche du compagnon Ilya Romanov, qui tentait de mener cette attaque. En sang, il est parti seul à l’hôpital le plus proche, où la police l’a arrêté peu de temps après. Dans un texte distribué pour une initiative solidaire au Centre Social Occupé VOX à Exarchia (Athènes), le 15 novembre 2013, on trouvera plus d’infos sur le parcours d’Ilya (nous l’avions traduit ici)]

Russie : actualisation sur le compagnon Ilya Romanov

Le compagnon Ilya Romanov, qui va avoir 47 ans, est encore sous enquête et en préventive dans la prison de FKU SIZO-1. Son avocat dit, que comme en octobre prochain un an aura passé depuis son arrestation, il pourra demander sa remise en liberté jusqu’au jugement et au verdict.

Cependant, il est probable que, dans le meilleur des cas, Ilya ne sera libéré qu’en janvier 2015. En effet, un jury doit se réunir pour prendre une décision quant à la remise en liberté, et cela prend généralement trois mois.

En Russie, les détentions préventives longues sont plutôt communes, et il est fréquent que les prisonnier-es polítiques [sic] fassent un an ou deux prison avant d’être libéré-es lorsque l’accusation ne peut prouver leur culpabilité.

Nous rappelons que le compagnon est accusé d ’une tentative d’attaque explosive. Nous rappelons qu’Ilya a été blessé suite à l’explosion de l’engin explosif qu’il avait dans les mains, aux abords d’une base militaire au petit matin du 27 octobre dernier. Quelques heures plus tard, des images morbides du compagnon blessé ont commencé à circuler sur internet.
Il va bien maintenant, même si il a définitivement perdu ses doigts.

En décembre 2013, le compagnon a été accusé selon les articles 205 et 30 du Code Pénal de la Fédération de Russie : "tentative d’attaque terroriste" (...)*.

Des compagnon-nes estiment qu’il pourrait être condamné à 5 ou 6 ans de prison, et même s’il ne s’agit que d’une hypothèse, cela aide quelque peu à se faire une idée de la suite.

En Russie, la situation des prisonniers est réellement difficile. Dans le cas d’Ilya, il y a besoin d’argent pour payer l’avocat et pour les frais du procès lui-même A titre d’exemple, les démarches que doit faire l’avocat en octobre (demande de remise en liberté), reviennent à 2.000 dollars (€1.450), et il n’y a pour l’instant que 600. Il faut ajouter à cela les frais de sa famille (épouse, fille etc).
Il est possible d’aider le compagnon en versant de l’argent à la Croix Noire Anarchiste (ABC) de Moscou. Précisez toujours (par courrier électronique) comment vous avez fait le transfert [toute une procédure est détaillée en espagnol dans l’article original, voir la source] et de quel montant : abc-msk@riseup.net

On peut écrire au compagnon :

Ilya Eduardovich Romanov
1967 g.r., FKU SIZO-1
ul. Gagarina, d.26-a
603098 - Nizhnii Novrogod
Russia

(Il ne peut recevoir de lettres qu’en russe. Elles peuvent être envoyées en d’autres langues -anglais de préférence- au courrier électronique de l’ABC Moscou qui lui les traduira).

* Suit ici un passage que nous avons supprimé parce qu’il relève, selon nous, bien plus de raisonnements juridiques sur la notion de "terrorisme" selon leurs lois (à réserver aux baveux, et encore...), c’est-à-dire d’un contenu que nous ne partageons pas, que de contre-information visant à une agitation anarchiste.

[Traduit de l’espagnol de instintosalvaje, 2014/04/29]