" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Autos (Gironde) : deux palombières sabotées
Article mis en ligne le 22 février 2015
Imprimer

Auros : Deux palombières vandalisées

France3Aquitaine, 22/02/2015 | 10:17

A Auros, dans le sud de la Gironde, deux palombières ont été dégradées [camouflage de l’abri endommagé, tiges pour fixer les appeaux tordues et mobilier retourné], leurs murs couverts d’inscriptions. On pouvait lire "Hunt Sab", nom d’un mouvement anti-chasse originaire de Grande Bretagne. Pour les propriétaires, c’est l’incompréhension et l’indignation car c’est aussi, ici, un mode de vie.

Cela fait 40 ans que l’une des deux palombières a été créée. D’année en année le père, son neveu, puis ses fils l’amélioraient. Parfois ces abris de fortune deviennent de véritables "résidence" secondaire avec un peu de mobilier et de confort pour se retrouver entre amis...

Car si la chasse dure un mois et demi, la préparation de la palombière se fait tout au long de l’année. Dans le sud Gironde, les passionnés parlent de tradition, d’art de vivre plus que de chasse.

Les inscriptions retrouvées sur le chemin et sur les graffiti "Hunt Sab" renvoie à un mouvement anti-chasse à courre britannique...
Les deux propriétaires ont porté plainte. Une enquête de gendarmerie a été ouverte.