" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

St-Denis (La Réunion) : cramer les instruments de mesure étatiques qui justifient l’empoisonnement durable des populations
Article mis en ligne le 26 février 2015
Imprimer

St-Denis : la station de surveillance de la qualité de l’air vandalisée

LINFO.RE – 26.02.2015 à 14h34

L’Observatoire Régional de l’Air déplore un acte de vandalisme commis sur la station de surveillance de la qualité de l’air située sur le boulevard Sud à Saint-Denis. Une dégradation commises durant la nuit du dimanche 22 au lundi 23 février. Les dégâts matériels sont importants et coûteux.

"Dans la nuit de dimanche à lundi aux alentours de 2h00 du matin, un incendie s’est déclaré depuis l’extérieur de la station de surveillance située à coté du skate parc à Saint-Denis" révèle par voie de communiqué l’ORA (Observatoire Régional de l’Air).

L’intervention des pompiers a permis d’éviter que cette station ne disparaisse dans les flammes mais les dégâts matériels sont importants. L’ORA précise que " les dégâts occasionnés sur la cabine et l’action de la chaleur et de la fumée sur un matériel de mesure sensible et coûteux laisse présager des dommages très importants qui n’ont pas encore pu être estimés".

Il faut également rappeler que cette station - l’une des 4 stations de surveillance de la qualité de l’air de l’agglomération de Saint-Denis - est "la première station dite de « proximité trafic automobile » installée à La Réunion. Elle était précédemment située sur la rue Léopold Rambaud, et avait été déménagée en février 2014 à coté du boulevard Sud dans le cadre de l’aménagement du « coeur vert familial »".

L’ORA tient à rappeler son statut d’association de type loi 1901, "sans but lucratif, cofinancée sur des fonds publics par l’Etat, les collectivités locales et les industriels".

De plus, "ces fonds permettent de financer le dispositif de mesure géré par l’ORA, qui a pour objectif la surveillance réglementaire de la qualité de l’air à La Réunion, dans le cadre de la Loi sur l’Air et l’Utilisation Rationnelle de l’Energie (LAURE) bien sûr, mais aussi dans l’intérêt des Réunionnais afin de veiller au respect des normes qualité de l’air en vigueur sur notre île, dans un enjeu de santé publique".

En clair : l’ORA insiste sur le fait que " cette perte de données, qui pourrait s’étendre jusqu’à la fin de l’année, va nuire à la connaissance de l’influence de la proximité du trafic automobile sur la qualité de l’air à Saint-Denis et à l’information des dionysiens".