" />
Slogan du site

Nous n’avons aucune préférence pour les brèves dites "politiques" qui ne s’opposent aux brèves "sociales" que pour les chantres de l’avant-garde. Nous reprenons ici ces deux catégories pour être clairs, sans les partager pour autant : la guerre sociale n’a besoin ni de sigles ni de communiqués pour exister quotidiennement et n’attend pas les projecteurs médiatiques. Les secondes demandent cependant un dépouillement régulier des journaux, notamment locaux, ou bien des témoignages directs. Elles sont donc moins nombreuses.

Une dernière précision : les journaux étant la voix des flics, les notices sourcées d’eux sont à prendre avec précaution.

NB : sauf mention contraire, les traductions et synthèses seront anonymes, appartenant donc à tous. Si nous mettons un lien, ce sera donc uniquement vers la langue d’origine du texte.

Francfort (Allemagne) : voitures de police incendiées lors de l’inauguration du siège de la BCE
Article mis en ligne le 19 mars 2015
Imprimer

Au total, 350 manifestants ont été arrêtés ; 220 ont été blessés ; Entre 73 et 88 policiers ont été blessés.


Allemagne : violentes manifestations devant la BCE à Francfort

Reuters, 19-03-2015 à 15:19

De violents affrontements à Francfort ont marqué hier, le 18 mars, l’inauguration du nouveau siège de la Banque centrale européenne. 15 à 20 000 manifestants s’étaient donné rendez-vous, à l’appel de l’organisation Blockupy, qui rassemble diverses associations anticapitalistes, pour protester contre la politique menée par la BCE en Europe.

Les heurts ont été particulièrement violents aux premières heures de la matinée : un commissariat a été attaqué, des dizaines de voitures, dont beaucoup de véhicules de police, ont été incendiées, des pierres jetées contre des bâtiments administratifs, des abris-bus saccagés.

Tout cela s’est passé lorsque les premiers militants anticapitalistes ont tenté de s’approcher du nouveau siège de la Banque centrale européenne, un bâtiment de 1,3 milliard d’euros. La police déplore 14 blessés dans ses rangs, et en face, le mouvement Blockupy a fait état de 21 victimes des coups de matraque des forces de l’ordre. Mais les gaz lacrymogènes et les sprays au poivre sont venus gonfler les rangs des blessés légers.

L’après-midi aura été plus calme : 15 à 20 000 personnes ont défilé dans le centre-ville de Francfort, pacifiquement. Les manifestants, très encadrés par la police, ont avancé au rythme des slogans anticaptitalistes jusqu’au soir. Des représentants des partis de la gauche contestataire en Europe (Podemos en Espagne, Siriza en Grèce, Die Linke pour l’Allemagne) ont dénoncé le diktat de l’austérité imposé en Europe par la troïka, dont fait partie la BCE.

Au cours de la cérémonie d’inauguration, sans tambour ni trompette, courte et sobre, le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, a reconnu que l’institution est devenue la cible des critiques, mais il a estimé que ces reproches étaient « injustes ».


Des manifestants anti-austérité s’en prennent au nouveau siège de la BCE

20Minutes, 18.03.2015 à 17:13

Des incidents ont eu lieu ce mercredi dans les rues de Francfort, où des milliers de manifestants anti-austérité ont protesté contre la politique de la Banque centrale européenne (BCE) qui inaugure son nouveau siège. La police de Francfort a fait état de 14 blessés dans ses rangs, tandis que les organisateurs de la manifestation anti-austérité déploraient 21 blessés.

Un bâtiment à 1,3 milliard d’euros

Une porte-parole de la police de la ville a indiqué à l’AFP que 14 policiers avaient été blessés, sans autre précision, et 80 autres avaient eu les yeux irrités par des gaz. Blockupy, le collectif qui avait appelé à une manifestation visant la BCE, a évoqué via Twitter 21 blessés à coups de matraque dans ses rangs, et 107 irritations au gaz lacrymogène et spray au poivre. La police a indiqué avoir procédé à 16 arrestations.

Haut de 185 mètres, le bâtiment de la BCE, dont la construction a coûté 1,3 milliard d’euros, devait être inauguré à 11h en présence du président de la BCE Mario Draghi. Entre soixante et cent invités étaient conviés à cette cérémonie, volontairement « sobre », contexte de crise oblige, selon un porte-parole.

Dix mille manifestants attendus

La mairie de la ville a été la cible de jets de pavés, plusieurs vitres du rez-de-chaussée criblées d’impacts. Devant un commissariat du centre de Francfort, quatre voitures de police ont été incendiées, a constaté l’AFP, alors que les hélicoptères survolaient la ville. Sept voitures de police ont été incendiées et sept autres caillassées, selon un bilan de la police. Quatre voitures individuelles avaient aussi été incendiées pendant la nuit.

Non loin, un camion de pompiers est intervenu pour éteindre un pneu en feu dans la rue, alors que les sirènes de police commençaient à retentir alentour. Aux abords du vieil opéra de Francfort, des manifestants ont jeté des pierres sur des policiers, dont l’un a été blessé, a rapporté à l’agence DPA une porte-parole de la police. Par ailleurs, des poubelles et des voitures ont été incendiées dans la nuit.